28 novembre 2010

Léviatemps - Maxime Chattam

5 comments

  • Le synopsis :
Atrop désirer la mort, on finit par trouver pire... Paris, 1900. Guy de Timée, romancier à succès, vit pourtant dans les combles grinçants d’une maison close. Du jour au lendemain, il a tout plaqué : femme, enfant, amis, réussite, et a décidé de se lancer dans un roman policier qui le plongerait dans les bas-fonds de la civilisation. Il veut être confronté au sang et à la violence.Cette mort qu'il désire tant approcher va surgir au milieu de la nuit en la personne de Milaine, jeune prostituée assassinée dans des circonstances particulièrement étranges. Et si elle n’était pas la première ? Qui rode dans les rues de la capitale, dans l’ombre de l’Exposition Universelle ? Quel est le sombre dessein de ce tueur de femme ? Guy va tenter de le découvrir, en compagnie de la mystérieuse Faustine, de l’inspecteur Perotti et d’Yoshito, un sumo japonais déshonoré…Des cercles ésotériques de Paris aux merveilles de l’Exposition universelle, il va peu à peu mettre à jour un terrifiant secret, celui qui fascine tout homme depuis la naissance de la civilisation : le contrôle du temps.

  • Mes impressions :

A près l'énorme déception des Arcanes du Chaos, et le mieux-mais-pas-extra de Prédateurs, j'attendais Maxime Chattam au tournant sur son nouveau roman. La 4ème de couverture de Léviatemps m'a mis l'eau à la bouche et me laissait penser à un retour du Chattam de la Trilogie du Mal qui m'avait fait trembler. Pourtant, j'ai été très déçue par nouvel opus.

Pour commencer, je n’ai pas du tout adhéré au personnage principal, Guy de Timée : écrivain qui a connu un certain succès, il fuit sa femme et le monde bourgeois qui a posé des carcans dans sa vie, et s’installe dans une maison close. Au moment où débute le récit, il est en quête de sensations nouvelles : son but est de connaître l’âme de l’homme dans ce qu’elle a de plus mauvais, de rencontrer un tueur pour y puiser son inspiration. Alors, lorsqu’une des prostituées qu’il côtoie au quotidien se fait assassiner et que son corps mort évoque l’œuvre du diable, il se lance à corps perdu dans l’enquête, accompagné de Faustine, une autre des courtisanes du Boudoir de soi qui s’offre le luxe de choisir ses clients, et Perotti, un jeune inspecteur, ancien amant de la prostituée retrouvée morte.

Si le Paris de 1900 décrit dans le livre est certes plaisant et change un peu de ce que Chattam a l’habitude de nous offrir, ce petit cadeau ne suffit pas à mon sens à relever le niveau du livre. L’intrigue est trop lente à mon goût, et l’écrivain qui se découvre profiler et qui sait tout n’est pas crédible, ni même intéressant. Faustine est un personnage que j’ai plus apprécié, mais sa psychologie n’est pas abordée en profondeur. De même, Perotti est carrément en retrait durant toute l’enquête !

La fin est décevante : le tueur ne m’a pas paru aussi terrible que dans l’Ame du Mal, je n’ai pas ressenti la perversion, le côté sombre de l’homme que Chattam aborde dans tous ses livres. L’œuvre du tueur, ce « Léviatemps » m’a paru grotesque, et le dénouement est trop rapide, sans saveur. Je suis vraiment restée sur ma faim… Cette critique est un peu courte mais honnêtement je n’ai pas grand-chose à dire sur ce roman, il se lit vite et sans difficultés, mais il n’est vraiment pas à la hauteur des premiers thrillers de l’auteur, et je vais très vite l’oublier…

  • Ma Note : 2/5

5 commentaires:

  1. Hmm tu as lu la théorie gaia, qui est le 3e tome après les arcanes et prédateurs?
    Car si tu as trouvé prédateurs moyen, tu va trouver la théorie gaia nulle, c'est le pire de chattam pour moi et de loin..

    RépondreSupprimer
  2. Oui je l'ai lu, ce n'était pas un thriller exceptionnel mais je l'ai trouvé mieux que les arcanes du chaos.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai trouvé la Théorie Gaia bien nulle aussi ! De toute façon, depuis la Trilogie du mal, je n'ai pas retrouvé ce que j'aimais chez Chattam. J'espère que Leviatemps changera la donne.

    RépondreSupprimer
  4. Pour moi Leviatemps n'a pas beaucoup relevé le niveau... Je dirais que c'est mieux, mais bien en dessous de la Trilogie du Mal, d'où ma déception.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai passé un bon moment avec ce roman bien que je sois un peu déçue par rapport aux autres livres de l'auteur...

    RépondreSupprimer