16 janvier 2011

Anita Blake, Tome 1 - Laurell K. Hamilton

6 comments

  • Le synopsis :

Mon nom est Blake, Anita Blake. Les vampires, eux, m'appellent "l'Exécutrice" et par égard pour les oreilles les plus chastes, je ne vous dirai pas comment, moi, je les appelle. Ma spécialité, au départ, c'était plutôt les zombies. Je relève les morts à la nuit tombée pour une petite PME. Ce n'est pas toujours très exaltant et mon patron m'exploite honteusement, mais quand on a un vrai don, ce serait idiot de ne pas s'en servir. Tuer des vampires, c'est autre chose, une vieille passion liée à des souvenirs d'enfance. Depuis qu'ils sont officiellement reconnus et ont pignon sur rue, ils se croient tout permis. Certes, il yen a de charmants, voire très sexy, mais il y en a aussi qui abusent. Ceux-là je les élimine. Rien de tel pour garder la forme : ça vous fouette le sang !

  • Mes impressions :
Anita Blake est la première série Bit-Lit dont j’ai entendu parler, et la deuxième que je commence après Mercy Thompson. Globalement, mon impression sur ce premier tome est bonne, même si très différente par rapport à la série de Patricia Briggs.

Tout d’abord, parlons les personnages : si j’ai apprécié Anita, je dois avouer que je me suis moins attaché à elle qu’à Mercy. Cependant, elle m’a paru bien plus forte de caractère et je pense que son évolution psychologique sera plus importante et plus intéressante que celle de Mercy (ceux qui ont déjà lu la suite des deux séries pourront me confirmer si j’ai raison ou non). Dans Anita Blake, les personnages secondaires sont mis de côté au profit des pensées d'Anita, et c’est dommage car j’aurai aimé en savoir plus sur Jean-Claude (ce nom est vraiment horrible), Edward, Philip et les autres. C’est un des points négatifs de ce tome je trouve.

Cette petite faiblesse est compensée par la cohérence de l’univers mis en place par l’auteure. Dans Mercy, les explications fournies par Patricia Briggs paraissent toujours un peu décousues, elles sont répétées de nombreuses fois, parfois pendant plusieurs pages, ce qui, par moments, plombe l’histoire. Dans Anita, les détails sont distillés au fil de l’intrigue, de façon naturelle. Le monde dans lequel évolue Anita me paraît plus cohérent et réfléchi que dans Mercy.

Si le parallèle entre Anita et Buffy contre les vampires nous vient rapidement à l’esprit, la ressemblance s’arrête là car Anita est une adulte (contrairement à Buffy et ses amis) et son environnement est différent : elle est tueuse de vampires, mais aussi réanimatrice (c’est son gagne pain, et cela lui ajoute une petite touche mystérieuse), et les vampires ont révélé leur identité au grand jour. J’ai bien aimé les petits détails en arrière plan de l’intrigue, tels que les débats juridiques sur la manière de traiter un vampire : comment modifier la loi pour prendre en compte ces êtres ni morts ni vivants ?

A côté de ça, l’intrigue est un peu faiblarde, et la fin m’a paru trop facile (un vampire de plus de mille ans qui terrorise Anita pendant tout le livre, et qu’elle élimine en quelques minutes à la fin… un peu simpliste et bâclé à mon goût). Mais honnêtement, ça ne m’a pas dérangé plus que ça car l’intrigue est rarement à son apogée dans un premier tome… Les Plaisirs Coupables est une bonne entrée en matière dans l’univers d’Anita Blake et je suis optimiste quand au développement d’une intrigue plus poussée dans les tomes suivants.

Un point important à noter dans ce tome, c’est la description des vampires et de leurs pouvoirs, qui est bien menée, dans un style personnel, beaucoup plus abouti et intéressant que dans Mercy. J’ai par moments retrouvé une ambiance mystérieuse et envoutante comme avait pu l’instaurer Anne Rice dans ses Chroniques des Vampires (même si Laurell K. Hamilton a un style très différent). La fascination exercée par les vampires sur les humains, leurs puissants pouvoirs, l’état de contentement dans lequel se trouvent ceux qui ont été mordus, l’existence de junkies aux vampires… Tout ça a vraiment donné un plus à l’histoire.

En conclusion, une héroïne au caractère bien trempé, évoluant dans un univers cohérent et intéressant, à ne pas confondre avec Buffy contre les Vampires ! Un premier tome prometteur malgré une intrigue un peu faiblarde et des personnages secondaires un peu délaissés au profit d’Anita.


6/10


J'ai lu ce tome dans le cadre de mon challenge ABC Fantasy/Bit-Lit, ce qui m'amène à un total de 2 livres lus sur 26 :)

6 commentaires:

  1. Il me semble que tu l'as plu apprécié que moi !! Mais, moi aussi, j'ai quand même envie de découvrir la suite, juste pour voir comment l'histoire, Anita et l'écriture évoluent.
    Bon dimanche à toi ! Bises

    RépondreSupprimer
  2. je suis contente qu'il t'ai plû je pense qu'effestivement au niveau de l'attachement et la découverte des personnages ça se fait au fur et à mesure des tomes
    Effecttivement son évolution est radicalement différente de mercy...
    àbientôt pour la suite lol

    RépondreSupprimer
  3. J'ai déjà la suite dans mon Reader, je ne pense pas m'y mettre tout de suite mais on ne sait jamais :)

    RépondreSupprimer
  4. Anita Blake est un classique avant l'heure, vu que la série a été edité chez Fleuve Noir avant même que le terme de Bitlit ne voit le jour. En tout cas, si le personnage d'Anita est en effet très différent de celui de Mercy Thompson (qui est une des meilleures séries Bitlit à ce jour), elle n'en est pas moins un personnage a la psychologie travaillée, appelée à lourdement evoluer au fur et à mesure des tomes de la série : http://blog.vampirisme.com/vampire/?136-hamilton-laurel-k-plaisirs-coupables

    RépondreSupprimer
  5. Je trouve aussi (même si je n'ai lu que deux tomes de Mercy et trois d'Anita) qu'Anita évolue d'avantage que Mercy. Mercy parait plus attachante car finalement plus vulnérable qu'Anita, qui ne compte que sur elle-même ! Côté univers, si la façon de faire de Patricia Briggs est différente, je les trouve tous les deux assez cohérent tout de même, les détails étant certes dispensés autrement...

    RépondreSupprimer
  6. Je compte lire la suite donc je pourrais continuer à comparer les deux ! Mais j'avoue avoir plus envie de me replonger dans Mercy pour l'instant.

    RépondreSupprimer