6 mai 2011

Le Jeu de l'Ombre - Sire Cédric

5 comments


  • Le synopsis :

M
ais que pouvait bien chercher Malko Swann cette nuit-là ? Une overdose d'adrénaline, la sensation ultime, le sentiment de liberté ?
Pourquoi roulait-il aussi vite en pleine nuit sur une route de campagne étroite et sinueuse jusqu'à faire une chute de trente mètres en bas du pont du Diable ?
Atteint d'un traumatisme inexplicable, le musicien est désormais incapable d'entendre la musique. Mais il ne s'agit que du début de sa déchéance. Dans l'ombre, quelqu'un l'observe... quelqu'un qui veut jouer avec lui. Un jeu au goût de sang... Il s'engage alors dans un combat désespéré.

  • Mes impressions :

L
e Jeu de l’Ombre est assez différent des deux autres livres de Sire Cédric que j’ai pu lire (De Fièvre et de Sang et l’Enfant des Cimetières). Je l’ai autant apprécié que les précédents, mais l’impression globale que j’en ai n’est pas la même.

Avec De Fièvre et de Sang, on se situe clairement dans un univers entre thriller et fantastique. Le personnage de Mia et sa rencontre avec le surnaturel sont assez développés, mais ces éléments sont « tempérés » par le point de vue de Vauvert, le policier que l’on retrouve dans les trois romans de Sire Cédric : on oscille entre le surnaturel / Mia et Vauvert / l’enquête policière concrète (même si Vauvert constate de ses propres yeux des choses qui ne devraient pas exister dans notre monde…)

Avec L’Enfant des Cimetières, cette fois la frontière avec le monde réel est nette dès le début du livre : l’enquête menée par Vauvert et les évènements vécus par le personnage principal, David, s’inscrivent très largement dans le domaine du fantastique.

Sire Cédric semble vouloir aujourd’hui explorer l’autre « extrême » du genre « thriller fantastique » qu’il affectionne : ainsi, l’aspect fantastique est très peu présent dans Le Jeu de l’Ombre. L’auteur a lui-même évoqué cette particularité dans la discussion ayant eu lieu le 13 avril sur le forum de Livraddict : ce roman est le premier qui s’inscrit presque entièrement dans le réel. J’avoue m’être interrogée jusqu’à la fin sur la présence d’éléments fantastiques dans le récit ou non : ces choses bizarres qui arrivaient à Malko résultaient-elles de sa propre folie ou étaient-elle vraiment de l’ordre du surnaturel ? Certains trouveront peut-être que cette incursion de l’auteur dans une zone plus « thriller » et moins « fantastique » s’avère décevante, car ce n’est peut-être pas ce que tout le monde attend de lui. Sire Cédric a pris un risque, et je salue son initiative car beaucoup d’auteurs sortent rarement de leur domaine de prédilection (ceci dit on reste tout de même dans le même type de récit). A mon avis, il s’en est très bien sorti !

Les chapitres courts donnent du rythme au récit, et l’immersion dans le monde de Malko Swann est particulièrement bien réussie : on s’interroge avec lui, on tremble avec lui, on commente ses faits et gestes intérieurement (parfois on a envie de lui crier : mais mon Dieu qu’est-ce que tu fais ?? Nooon pas ça !), et on finit par ne plus savoir si Malko est fou ou si l’on doit se fier à ses pensées.

J’ai vraiment accroché au personnage de Vauvert : après trois enquêtes à ses côtés, je commence à bien l’apprécier, et j’aimerais en savoir plus sur lui. Quelques pistes sont lancées dans ce livre, et j’espère que les questions soulevées trouveront des réponses dans une prochaine affaire. J'aime son côté idéaliste et en même temps très terre à terre. Il est franc et impulsif, ce qui l'amène à faire des choses inattendues pour un flic, et c'est aussi pour ça qu'on l'aime !

Pour ce qui est du style, rien à redire, les phrases sont toujours aussi percutantes. Un peu moins de poésie que dans ses deux autres thrillers, mais rien qui m’ait dérangée plus que ça. Moins de passages gores également. J’avoue ne pas avoir frissonné comme dans l’Enfant des Cimetières, mais le côté fantastique étant ici moins présent, c’est compréhensible. Par contre je me suis sans cesse posée des questions sur l’identité du tueur, celui qui entraîne Malko dans le « jeu de l’ombre »… Sur ce point-là, Sire Cédric a réussi son coup, car je ne m’attendais pas du tout à cette fin.

En conclusion, Sire Cédric est l’une des révélations auteur que j’ai eu cette année. J’aime beaucoup son style et j’ai dévoré ses trois thrillers fantastiques en un rien de temps ! Je compte entamer prochainement ses premiers romans « Angemort » et « Dreamworld » ainsi que son recueil de nouvelles « Déchirures ». En espérant retrouver au plus vite Vauvert et son équipe pour de nouvelles aventures :)

Milles mercis à Véro qui a eu la gentillesse de me prêter ce livre !

9/10

Kiaaaa ! Excellent ! Trolle like +++

5 commentaires:

  1. je viens de l'acheter, et au vu de ton avis j'ai hâte de le lire, comme toi j'ai lu fièvre de sang et l'enfant des cimetières. Et je pense aussi que sire cédric est l'une de mes belle découverte d'auteur cette année :)
    très bel avis j'aime beaucoup tes références aux autres livres ;)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai L'enfant des Cimetierres dans ma PAL, on dirait bien que Sire Cédric est la révélation française littéraire de l'année !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai passé un bon moment avec ce livre, mais moi j'avais deviné la fin avant ce qui est un peu dommage. Content qu'il t'ai plu.

    RépondreSupprimer
  4. En tout cas, même si je l'ai moins aimé que L'enfant des cimetières, j'ai très envie de continuer à découvrir cet auteur et en particulier avec De fièvre et de sang.

    RépondreSupprimer
  5. Moi j'ai beaucoup aimé aussi et je continuerai à suivre cet auteur!

    RépondreSupprimer