16 octobre 2011

La Légende de Drizzt, Tome 1 : Terre Natale - R.A. Salvatore

9 comments

  • Le synopsis :

Drizzt est un elfe noir né en Outreterre où le pouvoir s'obtient par la guerre ou le meurtre. L'honneur, l'amitié, l'amour n'y ont pas leur place et Drizzt y fait le rude apprentissage d'une vie de servitude. Bien qu'il ait été élevé dans un système de valeurs totalement perverti et qu'il soit rompu à l'art du combat, il sait qu'il n'est pas comme les autres. Il aspire à une vie différente et refuse de devenir un assassin au service des siens. Mais pour survivre, Drizzt est obligé de dissimuler et même nier sa véritable nature. Jusqu'au jour où il devra se battre seul contre tous!

  • Mes impressions :

Et bien voilà, il était temps, j’ai enfin entamé mon premier Royaumes Oubliés. Et sans regrets ! Ce fut une très bonne approche de ce type de livres : mon premier donc, mais pas mon dernier^^

Tout d’abord, j’ai bien aimé cet univers sombre dans lequel la trahison a été érigée en tant que loi, une nécessité absolue : poignarder un autre drow (un elfe noir) dans le dos relève quasiment d’un acte héroïque, d’autant plus si on ne se fait pas prendre… La règle d’or dans cette société, c’est que si tu ne tue pas ton voisin, c’est lui qui te tuera. Ainsi, décimer une Maison (une famille de nobles) n’est un crime que si un membre de la Maison attaquée survit et peut accuser son destructeur. Sinon, même si tout le monde sait que vous avez commis un massacre, cet acte est ignoré, et on fait comme si la Maison détruite n’avait jamais existé… On en vient même à vous respecter pour avoir assassiné votre prochain !

Le culte de la Reine Araignée, Lolth, est en quelque sorte un gouvernement autoritaire, une religion qui vous lave le cerveau et vous endoctrine, et dans laquelle aucune dérive n’est acceptée. C’est l’apogée de l’obscurantisme dans tous les sens du terme, une pensée sombre, violente, intransigeante.

Une noirceur qui se retrouve à tous les niveaux : aussi bien de part la couleur de peau des drows qu’au plus profond de leur cœur, ou encore dans leur environnement direct : l’Outreterre, un réseau de cavernes sombres et dangereuses, qui grouille de créatures en tous genres. Les elfes noirs craignent la lumière du jour, mais surtout craignent tout ce qui n’est pas drow. Leur mode de fonctionnement, c’est la haine envers l’extérieur, et le détachement envers ses proches. Tout n’est considéré que sous l’angle pratique, et tuer sa mère ou son frère est un acte normal pour lequel on n’éprouve aucun remords, car il est uniquement considéré comme un moyen d’accroître son propre pouvoir. Ce qui se fait bien évidemment toujours en prenant la place de quelqu’un d’autre, ou en éliminant ceux qui sont potentiellement plus forts ou qui connaissent un moment de faiblesse.

Nous assistons ainsi aux premières années de la vie de Drizzt, dont la naissance survient au milieu de la destruction d’une Maison par une autre, au milieu du sang et de tout ce qui représente le mode de pensée des elfes noirs. Et pourtant, Drizzt va se révéler différent des autres drows…

Bref, un univers bien construit et cohérent, qui part pourtant d’un postulat de base très simple : le drow est un être sombre et vil, qui vénère Lolth la Reine Araignée et dont la vie est menée par deux préceptes simples mais redoutables, la trahison et la haine. Au milieu de ça, il y a Drizzt, un personnage qu’on apprend à aimer malgré le fait qu’il paraisse trop parfait et trop naïf au milieu de ce monde de brutes. On apprécie sa maîtrise des armes, ses combats intérieurs, ses espérances naïves qu’il conserve envers et contre tout.

On retrouve des éléments de fantasy très classiques, comme par exemple une école de magiciens et une école de guerriers, ou encore un héros quasi-parfait qui s’en sort toujours face à ses ennemis. Mais ça ne m’a pas du tout dérangé, et si je n’ai pas eu le coup de cœur pour ce premier tome, j’ai tout de même beaucoup apprécié ma lecture. Le tome 2 est dores et déjà prévu dans mon programme de lecture 2012 :)

  • Ce qu’il faut retenir :

R.A. Salvatore réussi dans ce premier tome à nous présenter un univers très sombre et bien construit, dans lequel évolue Drizzt, un personnage qui a peu de défauts mais qu’on finis par apprécier malgré tout. Bien qu’on retrouve des éléments très classiques en fantasy tout au long de l’intrigue et que l’histoire ne présente pas de surprises ni de retournements de situation, je me suis laissée emportée sans mal par l’écriture très fluide et par la description de ce peuple drow si intriguant. Drizzt constitue en lui-même une bizarrerie au milieu de cette atmosphère de noirceur, ce qui nous amène à souhaiter en savoir plus sur lui, sur ce qu’il va devenir. Le charme opère, et nous voilà très vite à la fin de ce premier tome, avec une seule envie : retrouver Drizzt dans la suite de ses aventures ! 


8/10 

Super, Trolle en redemande ! 


Pour aller plus loin... (merci Wikipédia !)

Drizzt est issu de l'imagination de l'écrivain R.A. Salvatore. Il publia son premier vrai roman en 1988 L'éclat de cristal, qui est le tome 4 des aventures de Drizzt. Ci-dessous les livres qui font partie de la saga La Légende de Drizzt, par ordre chronologique (autant dire que j'ai encore du boulot avant d'en voir le bout !) :

La trilogie de l’Elfe noir 
- Terre natale
- Terre d'exil
- Terre Promise

La trilogie du Val Bise 
- L'Éclat de cristal
- Les Torrents d'argent
- Le Joyau du halfelin

L'héritage du drow 
- L'Héritage
- Nuit sans étoiles
- Invasion des Ténèbres
- Une aube nouvelle

Paths of darkness 
- Lame furtive
- L'Épine dorsale du monde
- La Mer des épées

9 commentaires:

  1. Ton avis est convaincant! C'est une sacrée saga que tu attaques! J'espère que la suite est aussi prometteuse que le livre 1 :)

    RépondreSupprimer
  2. Pour avoir lu la saga, OUI la suite est 100 fois meilleure !! =D

    RépondreSupprimer
  3. En effet, sacré saga...

    Heureusement, les tomes ne sont pas des pavés donc ça fait un peu moins peur ! Et puis après tout, j'ai bien lu les 13 tomes de l'assassin royal, et je suis en plein dans le Trône de Fer, qui compte déjà 12 tomes en VF, dont d'autres sont à venir !

    La saga de Drizzt ? Même pas peur ;)

    RépondreSupprimer
  4. Aller, encore un que je note en wish list^^ Merci Trolle pour ces chroniques convaincantes et alléchantes :p

    RépondreSupprimer
  5. J'ai bien aimé ce premier tome aussi. Voir un cycle s'intéresser aux "vilains" en Fantasy est plutôt rare en fait. Je dois être attiré par le côté sombre... XD

    RépondreSupprimer
  6. Moi j'adore voir le côté sombre des personnages justement :)

    RépondreSupprimer
  7. Pareil pour moi. Ca change des héros classiques en fantasy.

    RépondreSupprimer
  8. Clairement, tu me donnes envie de le sortir de ma PAL !!

    RépondreSupprimer