18 mars 2012

Le Salon du Livre 2012 - Compte Rendu

8 comments

Le samedi 17 mars (hier donc), j'ai passé l'après-midi au Salon du Livre grâce à la page Facebook Entrée Livre, sur laquelle j'ai gagné mon invitation :) Voilà un petit compte-rendu de ma journée!




D'abord, j'ai rejoins Olya et Vert à Montparnasse pour un petit resto avant d'affronter la foule de lecteurs en folie qui prend d’assaut le Salon durant trois jours.

Première étape en entrant : les stands de liseuses. Olya et moi sommes déjà les heureuses propriétaires d'un Sony Reader, mais Vert avait besoin de voir à quoi ressemblaient les différentes tablettes. Nous avons donc fait un tour sur le stand de Sony, Bookeen, Kobo et Kindle. Au final, que va choisir Vert ? La suite au prochain numéro !


 Le stand Amazon (source : ebouquin.fr)


Après ça, passons aux choses sérieuses, direction l'espace Ile-de-France pour suivre une conférence nommée "je like, tu likes, nous likons". Un débat très intéressant sur les différents modes de prescription des livres et l'influence actuelle des réseaux sociaux sur les lecteurs, les auteurs et le monde de l'édition. Le pitch : "Critique littéraire, conseils de libraires, recommandation en ligne : qui fait des livres aujourd'hui ?"

Le débat réunissais des acteurs très différents, chacun étant issu d'une partie de la chaîne du livre : un journaliste littéraire (David Caviglioli, du Nouvel Observateur/Bibliobs), un libraire (Philippe Touron, Le Divan, une grande librairie parisienne), le co-fondateur de Babelio (Pierre Fremaux), la responsable marketing des Éditions du Seuil (Estelle Divet), ainsi qu'un salarié de la société GFK (Sébatien Rouault), qui fournit des statistiques aux éditeurs et leur permet d'orienter leurs stratégies de vente et de faire des choix décisifs (sur le marketing, le prix de vente, etc.). 

J'ai trouvé très pertinent de choisir ces intervenants, car bien sûr chacun avait une vision propre issue de son expérience personnelle, assez représentative de chacune des mailles dans la chaîne du livre je pense. Un débat très instructif donc, avec le cofondateur de Babelio en fervent défenseur des communautés de lecteurs et de l'utilité des chroniques de blogueurs pour le bouche à oreille, qui reste encore aujourd'hui dans le top 3 des motifs d'achats, avec la mise en avant en librairie et les chroniques littéraires dans la presse.



 
Après cette conférence instructive, Olya, Vert et moi avons flâné dans les allées du Salon sans vraiment arriver à se décider pour affronter la foule sur chaque stand. Honnêtement, tout ça est un peu inhumain et le trop de monde ne m'a pas du tout donné envie de faire mes emplettes. Le Salon vide, ça oui (certains stands notamment BDs et Mangas me tentaient bien), mais avec ce monde, c'est assez décourageant. Pour ça, je préfère largement les plus petits festivals comme les Imaginales où l'on peut plus facilement voir et parler avec les auteurs, mais aussi prendre le temps de découvrir de nouveaux livres et de flâner entre les stands. C'est pour ça que je n'ai rien acheté (oui, oui, vous avez bien lu !), j'ai préféré garder tous mes sous pour les festivals à venir (notamment les Imaginales^^). Ça tient aussi sûrement au fait que Le Salon du Livre est une manifestation très généraliste, et que j'affectionne beaucoup plus la littérature de genre : vive les littératures de l'imaginaire !!
Bon, nous sommes quand même passées sur le stand des Éditions Au Bord des Continents, histoire d'acheter des marque-pages et de jolies cartes postales (je n'ai pas voulu ouvrir un seul de leurs bouquins, sous peine de dévaliser le rayon, j'ai donc à peine jeté un oeil aux titres présentés. D'autant plus que beaucoup traitent des fées, et que je peux potentiellement en recevoir un dans le cadre du Swap Fées & Dragons à venir. Je suis donc restée prudente)





En se promenant, nous sommes passées près de la Grande Scène, sur laquelle se déroulait le Cosplay. Mais bon, rien de super passionnant (il fallait quand même noter l'énorme Naruto à coté de la grande scène !). On a donc fait un tour du côté des expos du Salon pour voir de quoi il retournait. En fait, le terme "exposition" est un peu exagéré : une vitrine pour Doctor Who, un mur pour la Bit-lit, et une mini pièce carrée pour les DC Comics. Franchement décevant de ce côté là (bon en même temps je n'ai jamais vu Doctor Who, et je ne lis pas de bit-lit ni de comics donc bon...). L'initiative de ces expos est bonne, mais pour moi ce ne sont pas des expositions complètes, et c'est dommage.




Olya et Vert m'ont ensuite quittées, j'ai flâné seule pendant 30 minutes dans le salon avant de rejoindre la Petite Scène pour voir une nouvelle conférence. Celle-ci avait pour thème "Ce que nous dit la littérature fantastique du réel", avec Vincent Villeminot (Instinct), Chris Debien (Black Rain, souvenez-vous, mon dernier coup de coeur!), Fabrice Colin (La Vie extraordinaire des Gens Ordinaires) et Stéphane Marsan (Directeur de publication et fondateur des Éditions Bragelonne). Le début de la conférence m'a un peu déçu car il consistait uniquement à laisser chaque auteur parler de son livre. Ayant déjà lu Instinct, Black Rain et plusieurs titres de Fabrice Colin (mais pas celui présenté par contre), j'ai trouvé cette partie un peu longue.




J'ai quand même été super contente d'entendre Chris Debien parler de son livre et j'ai appris plein de choses sur lui, notamment qu'il avait écrit d'autres bouquins, qu'il était psychiatre (et même directeur d'un service de psychiatrie), qu'il habitait en Martinique, et d'autres petites choses. J'ai bien aimé l'écouter parler de son livre et de ce qu'il avait voulu faire (surtout qu'il semble adorer le film Inception, et que j'approuve à 100 % !). Il a aussi parlé de la signification du titre de son livre. J'avais trouvé que c'était un groupe de métal, mais pas les deux autres raisons. Bref, je m'égare, tout ça pour dire que ça m'a donné envie d'en savoir un peu plus sur l'auteur et sur son travail. Les interventions de Vincent Villeminot et Fabrice Colin étaient bien sûr elles aussi intéressantes, chacun revenant sur son parcours et ce qu'il avait envie de dire à travers ses livres.

La meneuse de la conférence n'était en revanche pas la meilleure que j'ai pu voir. Il faut d'ailleurs dire que le débat n'a pas du tout répondu à la question posée par le pitch de la conférence, à savoir : "Entre phénomènes étranges, créatures, rêves et univers parallèles, les auteurs de littérature fantastique ne manquent jamais d’idées pour nous raconter des mondes bien loin de notre quotidien. Pourtant, derrière cette imagination débordante, n’y aurait-il pas des traces de ce qui nous entoure ?"

C'est en fait carrément Stéphane Marsan qui menait le truc, et tout ce qu'il a dit m'a vraiment intéressé. En gros, ça parlait des littératures de l'imaginaire, de son expansion et de son évolution, et aussi du problème de la catégorisation des genres. Je dois dire que c'est un bon orateur. J'ai beaucoup aimé le mot de la fin : Stéphane est revenu sur quelque chose qu'ont dit les auteurs invités, comme quoi ils n'aimaient pas être catégorisés dans un genre et qu'ils écrivaient des histoires avant tout. Que les coller dans un genre pouvait faire reculer un potentiel public (ce qui est totalement vrai, on peut débattre pendant des heures sur ce sujet). Mais Stéphane a ajouté que ce qu'on aime aussi dans les littératures de l'imaginaire, c'est ce petit côté "interdit", le fait que ce soit un genre encore assez peu répandu, pas "grand public". Ça apporte un petit quelque chose qui nous fait penser que "c'est notre truc à nous". Et c'est quelque chose qui participe à notre amour de ce type de littératures. J'approuve entièrement ! Qu'en pensez-vous ?

Après la conférence, j'étais complètement out ! Comme d'habitude, je n'ai pas osé aller voir les auteurs (ce que certains n'ont pas hésité à faire en revanche). Le Salon étant encore blindé de monde, j'ai préféré rentrer et savourer un bon thé en repensant à cette belle journée ! 

Je suis donc revenue avec seulement quelques marque-pages, de belles cartes, le catalogue 2012 des éditions Orbit (il me fait trop rêver, en plus j'ai vu que Warbreaker de Brandon Sanderson sortait en VF à l'automne !), et un prospectus sur l'offre numérique illégale sur Internet (faut que je le lise, je trouve ça intéressant). J'ai résisté à acheter La Roue du Temps de Robert Jordan, que j'ai très envie d'acheter, mais j'attends encore un peu :) D'ailleurs, si le stand de Bragelonne était très beau, il était tout petit, et j'ai trouvé dommage qu'on ne puisse acheter que La Roue du Temps. Je me rattraperai sur un autre Salon ^^




Bilan positif donc, puisque j'ai enfin rencontré Olya (et Vert par la même occasion), et que je trouve les conférences littéraires vraiment intéressantes. J'ai hâte de revoir et de rencontrer d'autres blogueurs lors de prochains festivals (sans compter les prochaines rencontres littéraires prévues !)

En revanche, le Salon du Livre, c'est vraiment trop l'usine à gaz, et un peu trop généraliste pour l'amatrice d'imaginaire que je suis. Le trop plein de monde m'a totalement découragé de faire des achats. Ne parlons pas des séances de dédicaces... Il faut donc vraiment que j'aille sur de plus petits salons pour voir d'autres conférences, et arriver à aborder les auteurs !

Et vous, qu'avez-vous pensé de ce Salon du Livre ? 

8 commentaires:

  1. Je me retrouve totalement dans ton article.

    Le salon du livre, une fois que tu as fait les conférences que tu veux, et vu les stands que tu voulais, je trouve que ça ne sert plus à grand chose.

    C'est trop gros, et surtout trop généraliste pour moi.

    Ta conférence avait l'air intéressante, c'est dommage que le début ne ce soit pas concentré sur la thématique.
    Et c'est dommage quand les médiateurs ne sont pas débrouillard et qu'ils ne gèrent pas bien les conférences. Heureusement qu'il y avait Stéphane Marsan alors :)
    Et je suis aussi d'accord avec sa phrase finale, je suis contente d'appartenir à cette petite communauté de littérature de l'imaginaire, même si elle n'a pas de succès auprès des autres et si elle n'est pas appréciée par le reste des gens

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, vraiment trop gros, ça manque un peu d'âme pour le coup. Bon en même temps, ça fait plaisir de voir qu'autant de gens s'intéressent à la lecture :)

      Supprimer
  2. Hum moi j'habite trop loin de tout ! xD j'aurais bien aimé voir ça même si c'est vrai que le trop plein de monde aurait été gênant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quand même sympa hein, mais bon c'est bien aussi de voir d'autres festivals. En fait le truc avec le SdL c'est qu'il vaut mieux bien préparer son programme, car sur place c'est impossible de savoir qui dédicace quoi à quel moment, quelles conférences ont lieu, etc. Il faut donc s'y prendre à l'avance pour savoir à peu près ce qu'on a envie de faire le jour J !

      Supprimer
  3. Ton article est vraiment très bon! Je n'ai pas pu assister à cette conférence, malheureusement et merci d'en avoir fait un bref compte-rendu!
    Je suis tout à fait d'accord avec toi: trop de monde, trop généraliste, trop de choses, mais les conférences sont intéressantes, en effet!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, j'avais peur de vous assommer avec trop de détails sur les conférences :)

      Supprimer
  4. je plussoie complètement ton avis sur la conférence et sur le fait que Mr marsan a mené le débat, la présentatrice m'a semblé inexistante et peu branché fantastique ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, en plus elle n'arrêtait pas de se tromper et appelait l'auteur d'Instinct Chris Villeminot alors que c'est Vincent son prénom. Il a été sympa car il n'a rien dit !

      Supprimer