22 août 2012

Cantique - Ken Scholes

4 comments

Auteur : Ken Scholes
Cycle : Les Psaumes d'Isaak

Édition : Bragelonne
Parution : 2010

Pages : 474
Prix : 22 €

Genre : Fantasy



R
etour aux Terres Nommés. Le général de l'armée errante et le seigneur des Neuf Maisons Sylvestres, s'est vu confier le trésor et le pouvoir de l'ancien ordre dissous neuf mois plus tôt. Aujourd'hui, de nombreux nobles alliés sont arrivés pour participer à un banquet en l'honneur du premier-né du général Rudolfo. Mais alors que la fête bat son plein, des assassins invisibles font irruption dans la salle du banquet.




D
ans ce second tome, les révélations sur les dessous de la destruction de Windwir sont nombreuses et se font plus précises. La catastrophe qui a signé l'arrêt de mort de l'ordre Androfrancien n'était que la partie visible d'un vaste plan dont les prémices semblent remonter à des temps très éloignés... L'anéantissement de Windwir n'était en fait que le début de quelque chose de bien plus grand ! Bien que les révélations soient nombreuses, le mystère s'épaissit et j'avoue être très curieuse de voir ce que tout ça va donner dans les prochains tomes.

L'auteur a su, dans ce second tome, donner plus de profondeur à l'intrigue, tout en faisant évoluer l'ensemble des personnages, tout particulièrement Hivers, Ned et Vlad Li Tam. Il n'y a que Rudolfo et Pétronus qui restent finalement fidèles à eux-mêmes. Si j'apprécie Pétronus, je dois dire que j'ai trouvé Rudolfo beaucoup moins intéressant et beaucoup trop fade. Il paraît trop parfait, trop plein de bons sentiments, de loyauté et de bravoure, et c'est bien dommage. J'aurai aimé voir une petite faille chez lui. A la manière de Vlad Li Tam, personnage que l'auteur a bien su renouveler et dont l'évolution m'a plu.

A noter également que l'auteur arrive à la fois à approfondir son intrigue, qui gagne en complexité mais reste pourtant tout à fait cohérente, tout en donnant beaucoup plus de rythme au récit que dans Lamentation. Certes, une bonne bataille épique de temps en temps m'aurait plu, mais ce n'est pas pour autant qu'on s'ennuie puisque les révélations, manigances, trahisons et complots s’enchaînent tout au long du livre. L'auteur déroule tranquillement le fil de son histoire, qui, on le devine, risque encore de nous réserver de belles surprises...

Malgré tous ces aspects positifs, j'ai eu beaucoup plus de mal à entrer dans l'histoire pour Cantique que pour Lamentation. Étonnant étant donné que la période d'adaptation à l'univers est bel et bien derrière moi. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais j'ai été globalement moins emballée. Pourtant, on retrouve tous les ingrédients d'un bon livre de fantasy, mais le mélange a un peu moins pris chez moi. Je pense que c'est dû en partie à certains aspects de l'intrigue que j'ai eu du mal à trouver crédibles... Si je conçois aisément que Vlad Li Tam ait pu prévoir de nombreuses choses et façonner le monde à sa manière, j'ai beaucoup de mal à croire à une manipulation et une prédiction de tant d'événements et de vies sur plusieurs générations. De même que j'ai eu du mal à accepter certaines décisions de Rudolfo (et une en particulier). Selon moi il n'est pas envisageable qu'un roi prenne une telle décision, et que celle-ci soit acceptée sans rien dire par ses sujets. J'ai tout de même hâte de lire le tome suivant pour voir de quoi il retourne !



Tous les ingrédients d'un bon livre de fantasy sont là, et l'auteur arrive à se renouveller en proposant une intrigue qui gagne en complexité et des personnages qui évoluent par rapport au tome précédent. J'ai néanmoins trouvé ce tome un peu en dessous du premier, sans pouvoir réellement l'expliquer. Je lirais tout de même la suite avec grand intérêt!

7,5/10



4 commentaires:

  1. Ce deuxième tome m'a beaucoup plu car l'intrigue s'approfondissait et que de nouvelles "voix" nous offraient des nouveaux points de vue sur celle-i.

    Mais j'ai également éprouvé un peu de frustration par l'impression de lenteur qui se dégageait du roman.

    Les choses m'ont un peu moins gêné concernant les manipulations de Vlad et ni le personnage de Rudolfo (bien que cela n'est pas non plus mon personnage préféré !).

    Par contre, de quelle décision parles-tu le concernant ? Faudra qu'on en parle !

    Bonnes lectures avec la suite :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celle de tout laisser tomber pour sauver son enfant alors que son royaume est en guerre !

      Supprimer
    2. Je trouve que la décision va tout à fait dans le sens du personnage. Pour moi, cette série est pétrie d'influence SF et en particulier Dune. Rudolfo et son clan sont une sorte d'incarnation des Atréïdes et à l'instar du duc Leto, Rudolfo ne peut infliger à sa compagne la perte de leur enfant. Et ses sujets le suivent malgré tout. Très Atréïdes pour moi. :-)

      Supprimer
    3. C'est sûr qu'elle va très bien avec le personnage, mais je trouve également que Rudolfo a un peu trop de qualités pour être vraiment crédible. Enfin je sais pas, il y a quelque chose qui me dérange chez lui, qui fait qu'il ne me plaît pas tant que ça, alors qu'il est clairement désigné comme un héros par l'auteur. Sinon, honte sur moi mais je n'ai jamais lu Dune (en fait j'avais commencé mais je n'ai jamais terminé) donc j'avoue ne pas pouvoir comparer avec les Atréïdes :/

      Supprimer