27 novembre 2012

Les Éveilleurs, Tome 1 - Pauline Alphen

6 comments

Auteur : Pauline Alphen
Cycle : Les Éveilleurs

Édition : Le Livre de Poche
Parution : 2012

Pages : 544
Prix : 6,90 €

Genre : Fantasy, Jeunesse

C
laris a 12 ans et vit avec son père, Eben, et son frère jumeau, Jad, dans une vallée reculée et protégée par des montagnes d’accès difficile. Malgré la disparition précoce de leur mère et la mélancolie de leur père, malgré le handicap de son jumeau, Claris est une jeune fille enjouée, téméraire, qui rêve d’aventures. Des aventures comme celles qu’elle lit dans les livres de la tour interdite où s’est réfugié son père depuis la disparition de sa femme, des aventures comme celle que lui lisait sa mère, des aventures comme celles que son jumeau, handicapé, ne peut pas vivre. Mais Claris est persuadée que les aventures n’arrivent jamais aux filles. L’avenir va lui montrer qu’elle ne peut pas se tromper davantage...


Q
uand je me suis lancée dans Les Éveilleurs  je n'avais aucune attente particulière, aucun à priori sur le livre. Je savais que beaucoup de blogueurs l'avaient apprécié, sans pour autant avoir lu de chroniques dessus. Je n'avais même pas vraiment lu la 4ème de couverture... C'est en fait un cadeau d'Acsylé, un livre pour lequel elle avait eu un coup de coeur et qu'elle m'a offert :)

Je pense que ce "terrain" vierge de toute attente a été propice à ma lecture. Car ce livre offre au lecteur un univers et un style d'écriture uniques et finalement assez déroutants si on s'attend à un livre de fantasy jeunesse classique. En effet, Les Éveilleurs n'est pas un roman comme les autres, et à ce titre, les comparaisons sont inutiles.

D'abord, il y a l'univers : un mélange entre la fantasy et la science-fiction très étonnant. On a donc d'un côté un décor un peu médiéval et un soupçon de magie, et de l'autre un univers post-apocalyptique. Et oui, car ce monde au style moyenâgeux ne se situe pas dans notre passé ou dans un monde parallèle similaire au nôtre, il se situe en fait dans notre futur, deux siècles après nous ! On découvre donc, un sourire en coin, que des oeuvres littéraires comme Harry Potter, A la Croisée des Mondes et Le Seigneur des Anneaux, ou encore des films comme Star Wars, sont considérés comme des histoires célèbres des Temps d'Avant :) On apprend aussi qu'une grande catastrophe a détruit la planète et a décimé la population, due au gaspillage des ressources naturelles et à la pollution, mais aussi à l'apparition de pouvoirs parapsychiques chez certaines personnes, qui s'en sont servies pour dominer et réduire en esclavage les autres hommes.

Dans ce premier tome, l'univers semble tout juste ébauché tellement il est vaste, et pourtant il se révèle à la fois inventif et bien pensé. Beaucoup d'éléments nous apparaissent encore comme des zones d'ombres, notamment en ce qui concerne les pouvoirs Parapsy et en quoi ils ont pu conduire à la perte de l'espèce humaine. Mais beaucoup d'autres choses nous sont révélées et amènent sans cesse de nouvelles questions dans la tête du lecteur, qui découvre avec ravissement le petit monde créé par Pauline Alphen. 

A noter que la thématique de l'écologie n'est pas amenée de manière très subtile, mais le message reste cependant très soft et l'auteure évite sans encombres le ton moralisateur qui pourrait faire fuir certains. Un autre point à soulever, c'est l'absence de méchants dans ce livre, ce qui est singulier pour un roman jeunesse. On peut identifier une certaine catégorie de la population des Temps d'Avant comme l'élément déclencheur de la Grande Catastrophe, sans qu'ils soient pour autant désignés comme les grands coupables. Car finalement, ce sont des millions de personnes qui sont coupables d'avoir dépouillé la Terre de ses ressources, puis de s'être adonné aux Jeux Parapsy... Il n'y a donc pas de manichéisme, ce qui renforce le sentiment de réalité : le scénario imaginé par Pauline Alphen pourrait très bien se produire dans un futur pas si lointain...

Ensuite, il y a le style d'écriture, lui aussi unique en son genre. J'ai eu l'impression que Pauline Alphen avait pris sa plume et s'était laissée emporter par l'écriture, nous livrant un texte poétique et spontané, avec ce que cela implique de défauts et de qualités. Les mots de l'auteure sont très doux et véhiculent beaucoup d'émotions, notamment autour de la famille. Les personnages en deviennent vite attachants malgré leurs défauts, et leur comportement m'a paru à la fois réaliste et humain dans bien des cas. L'auteure a réussi à leur donner une vraie consistance et à les faire parler tour à tour dans le récit, ce qui permet au lecteur d'avoir plusieurs points de vue (adulte/enfant, membre d'une famille/oeil extérieur, etc.) sur un même évènement ou sur un même sujet. 

Mais la spontanéité de l'écriture présente aussi quelques défauts : elle donne parfois une impression un peu brouillon (c'est le sentiment que j'ai eu à la fin du livre), comme si l'auteure n'arrivait pas à décrire de manière précise ses idées, seulement à en donner une impression globale un peu floue, une ambiance générale qui manque parfois de détails concrets. En tout cas c'est ce que j'ai ressenti. Ceci dit, de mon point de vue, les aspects positifs l'ont largement emporté sur les aspects négatifs. C'est vraiment agréable de sentir qu'il y a un être humain derrière les mots, et de sentir que l'auteure s'est laissée emporter par son histoire, même si parfois ça peut dériver un peu ou partir dans tous les sens :)

Au final, j'ai beaucoup aimé ce livre, mais il faut tout de même avouer qu'à la fin de ce premier tome, on a encore l'impression d'en être au tout début de l'histoire. Salicande n'est finalement qu'une mise en place du décor, une découverte des personnages, une fenêtre sur des moments heureux entre les personnages et qui visiblement vont très vite se conjuguer au passé... Au bout de 544 pages, on ne sait toujours rien sur ce qui se passe, et l'intrigue principale n'a finalement pas avancé d'un poil, du moins c'est mon sentiment. La fin nous laisse présager un peu plus d'action dans le tome 2, ou à minima des révélations qui feront avancer l'intrigue. J'espère ne pas me tromper sur ce point. Même si le style est très plaisant, je ne sais pas si trois tomes similaires me procureraient autant de plaisir. J'espère donc que l'auteure a su se renouveler dans la suite :)



Dans ce premier tome, Pauline Alphen nous livre un roman unique à la fois par son univers au carrefour entre fantasy et science-fiction et par sa plume poétique et pleine d'émotions. Salicande est un récit plein de charme et de spontanéité, et malgré quelques maladresses qui rendent l'ensemble parfois un peu flou ou confus, c'est des étoiles plein les yeux qu'on referme ce premier tome plein de promesses. 

Affaire à suivre avec le tome 2 ;)


8/10

Super, Trolle en redemande !



5/60


15/20


21/26

6 commentaires:

  1. Oui, oui, oui tu as aimé :D (je sais c'est un des rares livres récents sur lequel je suis totalement et inconditionnellement subjective).

    Au point que l'absence de méchants ne m'avait même pas marqué.
    Je ne dis rien sur le tome 2 mais je t'invite à faire un tour sur le blog de Pauline : il est très beau et elle répond gentiment aux commentaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas mal de gens m'ont dit que le tome 2 était moins bien, mais que le trois était top ! Par contre je viens d'apprendre que la série compterais 5 ou 7 livres... Je pensais que c'était une trilogie !!

      Supprimer
  2. Je l'ai vu à la fnac hier et j'ai hésité à le prendre ! Du coup ta chronique m'a donné envie d'y retourner et de partir avec ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout qu'en poche, ça vaut vraiment le coup ;)

      Supprimer
  3. ah ça y est il est sorti en poche ? (je débarque) alors oui je suis très tentée moi aussi.
    Ptit détail par contre, pourquoi dis tu qu'il y a de la fantasy là dedans ? Si c'est des pouvoirs parapsychiques, et qu'en plus c'est situé dans le futur, c'est de la SF. C'est l'explication du surnaturel qui détermine le plus le genre non ? (quand à l'aspect moyenâgeux si c'est du post apo ça s'explique. Point de fantasy encore là dedans. Du moins, dans ma vision des genres hein.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il est sorti en poche en 2012. Pour moi c'est de la fantasy :
      - parce que les pouvoirs parapsy ressemblent vraiment à de la magie, en tout cas je trouve vu la manière dont ils sont décrits
      - parce qu'il y a des créatures fantastiques comme les faes
      - et aussi parce que c'est mon ressenti global sur le livre, sans vraiment pouvoir l'expliquer, pour moi ce n'est pas de la SF

      Supprimer