7 décembre 2012

Pure - Julianna Baggott

10 comments

Auteur : Julianna Baggot
Cycle : Pure

Édition : J'ai Lu
Parution : 2012

Pages : 535
Prix : 14,90 €

Genre : Science-Fiction, Jeunesse

N
ous savons que vous êtes là, vous, nos frères et soeurs...

Pressia se souvient à peine des Détonations ou de la vie pendant l’Avant. Dans son armoire-lit derrière les décombres d’un salon de coiffure pour hommes où elle vit avec son grand-père, elle pense à ce qui est perdu : comment le monde est passé de parcs d’attraction, cinémas, fêtes d’anniversaire, pères et mères à cendres et poussière, cicatrices, brûlures indélébiles et corps accidentés. Et maintenant, à l’âge où tous sont contraints de se livrer à la milice pour être entraîné à devenir soldats ou, s’ils sont trop accidentés ou trop faibles, pour être utilisés comme cibles vivantes, Pressia ne peut plus prétendre être petite. Pressia est en fuite.

Nés Purs, ils Respirent les Cendres… Il y a ceux qui ont échappé à l’apocalypse sans aucune marque. Les Purs. Ils sont gardés en sécurité dans le Dôme qui protège leurs corps sains et supérieurs. Mais Partridge, dont le père est l’un des hommes les plus influents du Dôme se sent seul et isolé. Différent. Il pense aux pertes – peut-être simplement parce que sa famille est brisée. Son père s’est détaché des émotions, son frère s’est suicidé et sa mère n’est jamais parvenue jusqu’à leur abri. Ou peut-être est-ce sa claustrophobie : cette sensation que le Dôme est devenu un lieu à la discipline extrêmement rigide. Alors quand il entend que sa mère pourrait être encore en vie, Partridge risque sa vie pour quitter le Dôme et la retrouver.

Quand Pressia rencontre Partridge, leurs mondes volent en éclats une fois de plus.


A
vant de me lancer dans Pure, je n'avais lu aucune chronique dessus. C'est donc sans aucun à priori que j'ai ouvert ce livre, et j'ai du coup été très surprise de ce que j'y ai trouvé. Je m'attendais à une dystopie de plus, un roman sympathique à lire pour se détendre, avec de l'action, sans oublier les deux jeunes ados qui tombent inévitablement amoureux l'un de l'autre.

Mais Pure n'est rien de tout cela, et m'a même laissé par moments un sentiment similaire à 1984 de Georges Orwell, mais en version jeunesse. Parce que Pure, ce n'est pas un roman distrayant. C'est un roman dur, qui met mal à l'aise, avec du sang, des morts, et des horreurs sur pattes à tous les coins de rue. On est bien dans du Young Adult, mais plus pour du 15 ans que du 12 ans, parce que certaines scènes sont vraiment difficiles.

C'est cette ambiance et cet univers particulier qui font de Pure un roman intéressant, mais qui du coup ne plaira pas à tout le monde. Et je dois dire que si j'apprécie l'univers sombre et recherché, ce n'est pas non plus un coup de coeur. Très certainement parce que le décor post-apocalyptique est particulièrement dérangeant, avec une catastrophe ayant provoqué toutes sortes de mutations étranges chez les humains qui ont été exposés. Ainsi, les gens dans le dôme sont des "Purs", préservés de la catastrophe, tandis que les autres, ceux qui étaient dehors, ont fusionné avec ce qui se trouvait à côté d'eux au moment des Détonations. Ce qui donne des êtres qui n'ont plus rien d'humain, ou seulement à moitié. Parfois plusieurs humains ont fusionné ensemble, ce qui donne des "Groupies"; parfois les humains ont fusionné avec le sol ou les murs, ce qui donne des "Poussières". Effrayant... et dérangeant.

Ce qu'on apprend par la suite sur ce phénomène et ce qui oppose les Purs aux autres est tout à fait plausible. Si ce genre de choses existait, nul doute que les évènements relatés dans Pure auraient pu se produire, car l'homme cherche toujours à profiter de découvertes scientifiques pour acquérir du pouvoir et créer de nouvelles armes... On comprend très vite que l'univers de Pure se situe à une époque très proche de la nôtre, ce qui est tout à fait crédible.

Le fond de l'histoire en elle-même est assez classique et sans grande surprise (on devine assez facilement ce qui va se passer dans les grandes lignes), mais on est malgré tout fasciné par cet univers si bizarre et on a envie de savoir ce qui va advenir des différents personnages. Ceux-ci sont finalement assez mâtures pour des héros de roman YA, et les deux personnages principaux se complètent bien. Sans oublier qu'à aucun moment on ne tombe dans la mièvrerie d'une romance à l'eau de rose. Il faut dire que ça paraissait assez difficile dans ce décor digne d'un musée des horreurs !

Malgré le manque d'action, le roman se lit bien et je n'ai pas eu de difficultés à le terminer. Une chose qu'il faut néanmoins soulever et qui pourrait en gêner certains, c'est le point de vue très extérieur adopté par l'auteure. J'ai eu l'impression que Julianna Baggot voulait que le lecteur reste spectateur des évènements  comme s'il regardait un film. Il y a une sorte de distance avec les émotions des personnages. Personnellement, ça ne m'a pas trop dérangé, et c'est plutôt bien trouvé puisque ça renforce encore plus le sentiment de malaise du lecteur, l'impression tenace que le monde de Pure est un monde hostile et dangereux, aussi bien dans le dôme qu'en dehors.

Merci encore à Babelio et aux Editions J'ai Lu pour cette découverte. A noter que le tome 2 sortira en VO en février 2013 :)



Un premier tome réussi, qui pose les bases d'un univers post-apocalyptique sombre et dérangeant mais néanmoins plausible. Pure apporte un renouveau intéressant en dystopie jeunesse, malgré une intrigue finalement assez classique et un rythme lent. A découvrir pour tous ceux qui veulent lire une dystopie différente !

8/10

Super ! Trolle en redemande !


 6/60

CITRIQ

10 commentaires:

  1. Je l'ai acheté cette semaine ! Tu es la première chronique que je lis à son sujet... Je l'ai pris par curiosité sans savoir à quoi m'attendre et j'ai hâte de le commencer ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bizarrement il y a pas mal de chroniques sur Livraddict et Babelio, alors que j'en ai très peu entendu parler ! Il n'a pas trop fait le buzz j'ai l'impression. Pourtant il y a des avis très positifs dessus

      Supprimer
  2. Du coup c'est la première chronique que je lis de Pure, et sans doute la dernière. J'avoue que je ne m'étais pas renseignée sur le titre, le rangeant dans la catégorie dystopie YA qui cherche à surfer sur la mode, mais tu le décris d'un manière vraiment intéressante !
    Je vais m'empresser d'aller le piquer à Lelf :3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus Lelf m'a dit qu'elle avait bien aimé aussi :)

      Supprimer
  3. Tiens, tu me donnes bien envie avec ta chronique! J'ai un peu de mal avec le ton "trop jeune" de certaines dystopies, et cette ambiance "dérangeante" n'est pas forcément pour me déplaire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il peut te plaire. Vu ce que tu reprochais à Legend de Marie Lu, celui-ci n'a clairement pas ces défauts là. Par contre du coup c'est beaucoup plus lent, il y a peu d'action.

      Supprimer
    2. Dans ce cas, je le note dans un coin de ma tête :)
      Merci pour ta chronique! :)

      Supprimer
  4. J'ai beaucoup aimé Pure. dérangeant et gonflé je trouve malgré effectivement une trame classique

    RépondreSupprimer
  5. Je n'entends décidément que du bien de ce livre alors que je ne l'ai jamais vu chez mon libraire... En tout cas, l'idée d'une dystopie originale me tente vraiment beaucoup !

    RépondreSupprimer