13 janvier 2013

La Légende de Drizzt, Tome 3 : Terre Promise - R.A. Salvatore

4 comments

Auteur : R.A. Salvatore
Cycle : La Légende de Drizzt

Édition : Milady
Parution : 2008

Pages : 332
Prix : 7 €

Genre : Fantasy


D
rizzt a définitivement quitté l'Outreterre pour gagner le monde de la surface. Il espère trouver le foyer qu'il a toujours cherché. Mais il ne s'agit nullement de la terre promise qu'il avait espérée, bien au contraire. A la surface, les drows sont considérés comme des ennemis, des meurtriers et personne n'imagine qu'il existe des elfes noirs différents, capables de compassion, et qui aspirent à une vie meilleure. Drizzt sera chassé, traqué et il devra apprendre de nouvelles règles, prouver à la face du monde qu'il peut s'adapter et qu'il n'est pas nuisible ou malfaisant. Heureusement, certaines rencontres peuvent tout changer...



L
es deux premiers tomes m'avaient plu, avec toutefois quelques bémols. Cette fois, je suis conquise ! Le tome 2 m'avait laissée impatiente de suivre les aventures de Drizzt une fois à la surface, et j'ai enfin pu satisfaire ma curiosité :)

Le début est un peu long à se mettre en place : Drizzt est peu sûr de lui car il ne connaît pas le fonctionnement du monde de la surface et il ne parle pas la langue des humains. Il se contente donc d'observer la vie d'une famille de fermiers pendant un certain nombre de pages. Mais ensuite, tout s'accélère et on se retrouve happé par ses aventures et ses rencontres.

Le style d'écriture est simple et les descriptions très claires. C'est quelque chose d'appréciable parce que ça m'a permis de visualiser très nettement certaines scènes, notamment les combats. Ceux-ci sont toujours aussi géniaux :) J'ai particulièrement aimé la bataille du bosquet de Montolio !

Et surtout, ce qui est super avec Drizzt, c'est que son histoire mêle à la fois de l'action et des combats avec de vraies interrogations philosophiques et morales. Car si Drizzt a quitté le royaume hostile de l'Outreterre, la réputation des elfes noirs est si mauvaise à la surface qu'il ne peut approcher personne sans être jugé sur la réputation de ses congénères drows. Drizzt va tout faire pour dépasser les préjugés et montrer à ceux qui ont l'esprit ouvert qu'il est différent. Il s'impose donc un code moral strict et se torture souvent l'esprit, se demandant sans cesse s'il a respecté la ligne de conduite qu'il s'était fixée.

"A la fin, on reconnaîtrait la validité de mes principes et on les accepterait pour ce qu'ils sont : ma personnalité finirait par transcender la couleur de ma peau et la réputation de ma sombre engeance "

Sa rencontre avec Montolio va beaucoup le faire réfléchir sur les préjugés et le racisme, mais aussi sur les principes que chacun choisit de suivre. J'ai particulièrement aimé ce passage :

"Après avoir été témoin du carnage qui était son oeuvre, je devins peu enclin à accepter le concept de dieu, d'aucun être qui pouvait dicter son code de conduite et ses préceptes à une société entière. La moralité n'est-elle pas une force intérieure, et si c'est le cas, les principes doivent-ils être imposés ou ressentis ?
Suis la question des dieux en eux-même : ces entités au nom bien déterminé sont-elles vraiment des êtres réels ou bien des manifestations d'une croyance collective ? Les elfes noirs sont-ils maléfiques parce qu'ils suivent les préceptes de la Reine Araignée ou Lolth est-elle l'incarnation de la conduite naturellement maléfique des drows ? 
De même, quand les barbares de Valbise se ruent vers la guerre à travers la toundra, hurlant le nom de Tempus, le Seigneur des Batailles, sont-ils en train de suivre les préceptes de leur Dieu ou bien Tempus est-il en fait simplement le nom mythifié qu'ils donnent à leurs actions ? 
[...] le choix d'un dieu est un choix personnel et la reconnaissance de cet être se fait en accord avec le code de conduite propre à chaque personne. Un missionnaire peut contraindre et tromper ses disciples potentiels, mais aucun être rationnel ne pourra véritablement suivre les ordres déterminés par une déité quelconque si ces mêmes ordres sont en contradiction avec ses propres principes."

Voilà un petit aperçu des réflexions de Drizzt, entre deux combats :) Ce qui est sûr, c'est qu'il va beaucoup apprendre de Montolio.

Difficile d'en dire plus sans spoiler... Le meilleur moyen pour vous rendre compte, c'est de commencer par lire le tome 1, et vous verrez que vous vous attacherez vite au personnage de Drizzt et à sa vie trépidante!



Un excellent tome dans lequel Drizzt va découvrir le monde de la surface et va devoir lutter contre les préjugés dus à son appartenance à la race des elfes noirs... Ses principes et sa patience vont être mis à rude épreuve, mais Drizzt finira par faire la paix avec lui-même et par accepter ce qu'il est, se faisant autant d'amis que d'ennemis en chemin.

L'auteur arrive à mêler combats épiques et réflexion morale sans nous ennuyer une seule seconde. On s'attache de plus en plus au personnage de Drizzt, et la fin laisse présager qu'il lui reste encore de nombreuses aventures à vivre... Vite, la suite !


9/10

Kiaaaa ! Excellent ! Trolle like +++


14/60


1/26

CITRIQ

4 commentaires:

  1. Oh j'avais failli mettre le tome 1 pour le Challenge ABC littératures de l'imaginaire ! Et puis finalement j'ai opté pour Inside Out de Snyder... Finalement peut être que je le lirais quand même en plus !

    Je vois que tu vas chroniquer Vivants de Isaac Marion ! Je me lance ce soir dans sa lecture j'espère qu'il est aussi marrant que l'adaptation cinéma laisse présager :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais essayer d'écrire ma chronique ce soir ou dans la semaine sur Vivants. Je n'ai pas accroché malheureusement... Mais je t'avoue que je n'ai pas regardé la bande annonce non plus !

      Supprimer
  2. Haaa un grand classique la Légende de Drizzt. Le meilleur de R.A. Salvatore! (qui n'a malheureusement pas écrit que des chef d’œuvre...loin de la, écriture forcée sous contrat?)
    Et aussi je suis un grand fan du jeux vidéo Baldur's Gate (1 et 2) qui se passe dans les royaumes oubliés (et on y croise Drizzt au passage)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui oui je me souviens Baldur's Gate quand j'étais petite j'avais adoré les deux jeux :) Et je me souviens aussi qu'on y croisait Drizzt, mais je ne le connaissais pas encore. Maintenant, c'est chose faite :)

      Supprimer