17 janvier 2013

La Peur du Sage 1 - Patrick Rothfuss

10 comments

Auteur : Patrick Rothfuss
Cycle : Chronique du Tueur de Roi

Édition : Bragelonne
Parution : 2012

Pages : 574
Prix : 28 €

Genre : Fantasy


J
’ai dormi des milliers de nuits et parcouru des milliers de kilomètres. Je m’imaginais que tout serait très facile, une fois que je serais à l’Université. J’y apprendrais la magie et trouverais les réponses à toutes les questions que je me posais. Je croyais que tout se passerait aussi simplement que dans les livres de contes. Et il aurait pu en être ainsi, si je n’avais pas eu le don de me faire des ennemis et de m’attirer les ennuis.

Cette histoire n’a rien d’une romance enlevée. Ce n’est pas une fable, où l’on revient d’entre les morts. Ce n’est pas un récit épique destiné à galvaniser les esprits. Non. Nous savons tous de quel genre d’histoire il s’agit. Quand quelqu’un vous raconte une partie de sa vie, c’est un cadeau qu’il vous fait.



J
e vais peut-être vous surprendre en écrivant ça, mais j'ai éprouvé une pointe de déception en lisant la Peur du Sage partie 1... Bon déjà, j'ai mis un certain temps à me rappeler des principaux évènements décrits dans Le Nom du Vent (et une fois que je m'en suis souvenue, j'en avais une idée très vague genre "oui je me souviens, Kvothe a invoqué le vent" mais quant à savoir où, quand, comment et avec qui, c'est une autre histoire !). Mais bon, on retrouve vite un univers familier, et je me suis plutôt bien rappelé de l'Université et des différents personnages qui constituent l'entourage direct de Kvothe.

Mais voilà, le problème c'est que l'auteur passe les 3/4 du livre à nous décrive une seule petite année de la vie de Kvothe, et il ne s'y passe pas tant de choses que ça... Et surtout, c'est assez répétitif : les problèmes d'argent, les interrogations sur le montant des frais d'admission pour la session suivante, les recherches aux Archives, les cours avec Elodin, les travaux à la Pêcherie, les soirées à la taverne avec ses amis ou à jouer de la musique, les rencontres avec Denna, la petite guéguerre avec Ambroise... Et ça pendant plus de 400 pages !

Tout ça est très bien écrit, et j'ai beaucoup apprécié voir Kvothe évoluer, ainsi que sa relation avec Denna. Je ne me suis pas vraiment ennuyée, mais j'avoue que j'attendais plus. C'est certainement la qualité de l'écriture de Patrick Rothfuss et mon intérêt croissant pour Kvothe et son histoire qui ont maintenu mon intérêt tout au long de la lecture. Mais j'aurai quand même aimé un peu plus d'action. On nous met l'eau à la bouche en nous promettant toute la vérité sur la vie de Kvothe, une histoire extraordinaire d'un homme qui a vécu des choses exceptionnelles, et pourtant on se contente de le regarder vivre et suivre des cours pendant 400 pages...

Heureusement, ça bouge un peu vers la fin, puisque Kvothe quitte enfin l'Université. Pour cette raison, j'ai beaucoup aimé le dernier quart du livre, même si j'ai trouvé qu'il manquait un peu d'originalité. Les principaux évènements qui se déroulent avec le Maer et Caudicus sont faciles à deviner si on a un peu d'historique dans le genre de la fantasy derrière soi. Mais malgré ça, j'ai pris beaucoup de plaisir à suivre Kvothe et à le voir avancer dans un environnement hostile dont il ne sait rien... les jeux de pouvoir, c'est toujours fascinant ! J'ai d'ailleurs beaucoup aimé le concept des anneaux inventé par l'auteur, un système très habile.

En bref, j'ai aimé mais je suis quand même un peu déçue par le manque d'action et de révélations (notamment sur les Chandrians et les Amyr, pourquoi l'auteur nous fait mijoter une révélation énorme pour finir par nous lâcher une bribe d'information ?? Ce que c'est frustrant !). Je me suis également rendue compte que finalement, Patrick Rothfuss n'avait rien inventé d'original. Sa fantasy est très classique. Mais comme il maîtrise bien son univers, qu'il sait comment rendre ses personnages attachants, et qu'il a un style d'écriture très agréable, au final ça passe tout seul, et j'ai envie de lire la suite :)




La Peur du Sage est la digne suite du Nom du Vent : l'écriture de Patrick Rothfuss est toujours aussi agréable, et la couverture encore une fois sublime. Ce second tome est l'occasion pour l'auteur d'étoffer la personnalité de Kvothe et de développer ses relations avec ses proches, et notamment Denna. L'intérêt que je porte à l'histoire de Kvothe se renforce à chaque page, mais je reste déçue par le rythme très lent du récit : où sont les princesses, les incendies, et toutes les péripéties promises par la 4ème de couverture du Nom du Vent ? Pour l'instant, rien d'autre que la vie à l'Université et les tracas du quotidien d'un apprenti magicien sans le sou...

La fin laisse cependant présager de nombreux changement dans la vie de Kvothe, malgré quelques ficelles déjà vues et revues en fantasy. Espérons que l'auteur sera moins avare en révélations pour la suite !

7,5/10

Un livre sympa, Trolle aime !


15/60


2/26

CITRIQ

10 commentaires:

  1. Je suis bien contente d'avoir relu le Nom du Vent avant de m'attaquer à la peur du sage, personnellement. Tiens, c'est marrant, je n'ai pas du tout ressenti cet aspect répétitif : pour moi, cette histoire se veut être au plus proche de Kvothe et ça fonctionne (pour moi). Vivre son quotidien, être proche de lui.
    Ce n'est que la première partie, je pense qu'il faut que tu vois le tome 2 dans son ensemble, tu y trouveras une meilleure satisfaction à mon sens. Yume a aussi ressenti cet effet répétitif mais a adoré la 2ème partie, c'est bon signe, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'aurai dû relire Le Nom du Vent avant, mais je ne fais jamais de relecture, je ne sais pas pourquoi, j'y arrive pas ! Et oui, j'ai aussi aimé découvrir le quotidien de Kvothe, c'est ce qui fait qu'on s'attache à lui, qu'on le sent plus proche de nous, qu'on le comprend. Et ce n'est pas si facile de tenir en haleine le lecteur rien qu'avec le quotidien d'un jeune apprenti magicien ! Là-dessus, c'est vrai que Patrick Rothfuss a un sacré talent. Mais je pense que le livre pourrait être encore meilleur avec une petite pointe de suspens et de révélation en plus :)
      J'ai plus qu'à emprunter la partie 2 à Blackwolf (qui a eu la gentillesse de me prêter la partie 1)^^

      Supprimer
  2. J'avoue je me suis laissé emporter par cette suite et je n'ai pas du tout ressenti les points qui t'ont dérangés. Certes il est encore loin d'être le personnage qu'on chercher à nous présenter mais l'attente ne me dérange pas le moins du monde. Puis surtout quel talent de conteur à l'auteur. Par contre si tu veux la suite faut que tu penses à me le rappeler :)

    RépondreSupprimer
  3. J'ai décidé d'éviter de rentrer de nouvelles sagas dans ma PAL donc j'avoue que ton avis étant mitigé, je préfère laisser celle-ci de côté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que je critique un peu, mais c'est quand même une bonne lecture hein :) Il faut juste être prévenu que c'est pas de la fantasy d'action

      Supprimer
  4. En fait le problème avec ce livre c'est qu'il est divisé en parties. Pour bien apprécier ce second tome il faut le lire en entier en lisant les 2 parties à la suite, ayant acheté les 2 dès leur sortie il y a eu un assez long temps d'attente. J'ai ressenti la même chose que toi, resté sur sa fin et été un peu déçu.
    Et dans la seconde partie tu as plus d'aventure et également plus de révélation ;D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est le problème de tous les livres dont le découpage VF ne suit pas le découpage VO... Mais bon, à priori je devrais lire la suite rapidement donc ça devrait aller :)

      Supprimer
  5. Je vois qu'on a eu le même ressenti, avec l'effet redite un peu lent ; apparemment, la seconde partie relève le niveau ! Cela dit, c'est vrai que ça permet de mieux étoffer la personnalité de Kvothe, et qu'on en apprend mieux.

    RépondreSupprimer
  6. Le deuxième volume est effectivement un peu plus rythmé que le premier. Ceci dit, tu pointes quelque chose que l'on voit depuis le début : la fantasy que décrit Rothfuss n'est pas très originale en soit. Par contre, le regard qu'il porte dessus et surtout son écriture font que ces livres sont un plaisir à dévorer et j'avoue que ça me suffit largement. :-)

    RépondreSupprimer