8 octobre 2013

Coeurs de Rouille - Justine Niogret

15 comments

Auteur : Justine Niogret

Édition : Le Pré aux Clercs
Parution : 2013

Pages : 273
Prix : 16 €

Genre : Science-Fiction

L
a cité est en plein déclin. Les robots, jadis fidèles serviteurs, régressent jusqu'à devenir des machines stupides ou de terrifiants prédateurs. Saxe est un artiste qui survit en travaillant sur les golems actionnés par magie. Dresde est une jolie automate qui n'a connu que le luxe avant que son maître l'abandonne. Tout les sépare, et pourtant ils vont partager un rêve commun : s'enfuir. Traqués par un tueur mécanique qui écorche les humains pour voler leur peau, ils se lancent dans une course peut-être sans espoir : retrouver la mythique porte ouvrant sur la liberté.


A
vec Coeurs de Rouille, Justine Niogret s'essaye à la jeunesse, et c'est plutôt réussi, même si je ne suis pas totalement tombée sous le charme. Autant Chien du Heaume et Mordre le Bouclier avaient été des coups de cœur, autant ici je suis un tout petit peu plus réservée, malgré beaucoup de choses positives. Il faut dire que Justine Niogret a ses univers bien à elle. Et ici, il n'est pas vraiment joli à voir...

La cité qu'on découvre au travers du périple de Saxe et de Dresde est d'une tristesse sans nom ! En tout cas je l'ai vraiment ressenti comme ça. Rien n'est naturel, tout a été créé par l'homme, qui ne parvient qu'à faire de pâles copies de ce que la nature peut offrir : les arbres, les animaux, la chaleur du soleil... Et surtout, on découvre très vite que c'est une cité qui s'est construite sur plusieurs niveaux, chaque "couche" étant bâtie sur les ruines d'une ancienne ville, laissée à l'abandon par ses habitants.

Dresde et Saxe vont devoir traverser chacun de ses niveaux afin d'essayer de trouver une porte mythique qui pourra peut-être les amener vers la liberté. Et plus ils s'enfoncent dans les entrailles de la cité, plus l'ambiance devient glauque, leurs découvertes laissant à chaque fois une sensation de malaise, remuant les tripes de Saxe autant que les nôtres. Comment réagir autrement face aux horreurs que renferme cette cité ? Des horreurs que les hommes ont choisi d'enfouir sous terre pour les garder loin des regards, pour mieux recommencer avec une nouvelle cité construite sur les secrets de l'ancienne, et donc jamais sur de bonnes bases...

On comprend aussi que la cité est particulière, parce qu'elle est le berceau de créatures fascinantes : les golems. J'ai beaucoup aimé cet aspect du livre : la relation entre Saxe (un humain) et Dresde (un/une golem), le fait qu'on s'interroge sans cesse sur ce que peut ressentir Dresde, comment elle perçoit ce qu'elle vit... Ceci dit, je regrette qu'on n'en apprenne pas davantage sur les golems et leurs origines. On effleure les secrets de la cité sans jamais les déterrer complètement, et ça m'a laissé un peu sur ma faim.

La quatrième de couverture cite Fullmetal Alchemist comme référence (ce qui m'a immédiatement donné envie de lire ce livre !), et en effet, on peut trouver quelques points communs sur le fond. En parlant de quatrième de couverture, je tiens à préciser que dans le résumé de l'histoire que j'ai recopié plus haut, j'ai retiré quelques mots du texte "officiel" : ils révèlent un point important de l'intrigue qui se passe dans les dernières pages du livre. Donc attention aux spoilers involontaires de l'éditeur !



Ce roman à l'atmosphère particulière m'a mise mal à l'aise mais m'a aussi beaucoup intrigué de part son univers et la présence des créatures si mystérieuses que sont les golems. Il offre des réflexions intéressantes sur la relation entre un automate et un humain (sujet assez classique en SF mais développé d'une manière originale ici je trouve). Mais aussi sur le comportement humain : c'est tellement irrationnel de voir des individus détruire ou abandonner leur création une fois que celle-ci leur échappe... Une ambiance sale et glauque, mais étrangement poétique, un univers unique qui inspire autant le dégoût que la curiosité. Un mélange étrange, propre à l'auteure, avec une fin ouverte qui n'a pas répondu à toutes mes questions.

7/10


Un robot

15 commentaires:

  1. Excellente lecture pour moi, du bon Niogret !

    Mais tu n'as pas retiré la première phrase qui est le spoil en fait ? J'ai définitivement les 4 de couv' à cause de ce bouquin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien retiré un spoil dans la 4ème de couv', mais en fait il y en avait deux, et tu viens de me signaler le deuxième ! C'est rectifié :)

      Supprimer
  2. J'ai passé un bon moment de lecture avec ce livre. C'est vrai que tout les secrets ne sont pas révélés mais la fin ouverte m'a plutôt convaincue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon c'est vrai que j'aime bien les fins ouvertes en général :) Là c'est juste que j'avais vraiment envie d'en savoir plus sur les golems

      Supprimer
  3. En effet ça ressemble bien à du Niogret... Je l'ai vu samedi à une conférence et elle a un sacré univers. Apparemment elle aime bien les manga.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ? Tiens ça je ne savais pas. Quel genre de mangas ?

      Supprimer
  4. Ah oui, c'est un one shot :) On entre, on adhère à l'univers, on se laisse porter par l'histoire en sachant qu'on ne pourra pas tout savoir. J'ai bien aimé ce roman, je me suis sentie mal à l'aise durant sa lecture (l'effet fonctionne bien) et la plume de Justine Niogret est très bonne. Et oui, le quatrième spoile :/ Je suis comme Lune, je fais mes propres résumés depuis belle lurette (même s'ils ne sont pas parfaits)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis trop flemmarde pour faire mes propres résumés :P

      Supprimer
  5. Malgré les avis un peu mitigés, ce livre m'intrigue toujours, il faudra que je le lise !

    RépondreSupprimer
  6. J'aime bien ce genre d'univers! Ce roman m'intrigue! :)

    RépondreSupprimer
  7. Je vois qu'on a exactement le même ressenti sur ce livre!
    J'aime toujours autant tes chroniques, encore plus maintenant que j'écris les miennes : elles sont fraiches, claires, limpides, ça donne vraiment une bonne vue d'ensemble de l’œuvre sans rien révéler qui pourrait gâcher la lecture!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Cerise, ça fait toujours plaisir d'entendre ça ;)

      Supprimer
  8. merci beaucoup pour votre avis, il y a beaucoup d'avis mitigé hâte de découvrir cette univers par moi même ^^

    RépondreSupprimer
  9. Il faudra penser à demander un jour à Justine Niogret pourquoi elle aime tant les univers si sombres et pourquoi elle donne à ses personnages des noms aussi percutants ! Je suis complètement en accord avec ta conclusion et la façon dont les humains traitent leurs créations est vraiment dure et pose question.

    RépondreSupprimer
  10. Je n'ai pas trop accroché... Mais au moins, cela m'a permis de découvrir le genre Steampunk.

    RépondreSupprimer