26 octobre 2013

Le Chant Premier - Yoann Berjaud

4 comments

Auteur : Yoann Berjaud
Cycle : Les Derniers Guerriers du Silence

Édition : Mnémos
Parution : 2012

Pages : 285
Prix : 20,50 €

Genre : Science-Fiction

L
a Confédération des planètes est en paix. Et pourtant...
... Aux confins de l’espace, Sékhem, la jeune amiral de la flotte des six anneaux de Sbarao, braque les senseurs de son vaisseau de guerre sur un étrange artefact suspendu dans le vide.
Dans les splendeurs de Bella Syracusa, Adryan l’aristocrate éprouve les pouvoirs du séduisant Dieu Noir.
Des bas-fonds de Raya aux dunes d'Osgore, Sahel le Vitaguerrier s'éveille aux énergies de l'ancien monde...
Ces destins prêts à basculer deviendront-ils les gardiens ultimes du Chant Premier, à l’origine de toute vie ? Les Derniers Guerriers du Silence ?


J
e ne sais pas si vous avez remarqué, mais dernièrement je lis plus de science-fiction (l'effet "avant Utopiales" ?). Yoann Berjaud a donc choisi le bon moment pour me proposer de lire son dyptique Les Derniers Guerriers du Silence :) Le roman prend place dans l'univers imaginé par Pierre Bordage, mais il n'est pas nécessaire d'avoir lu les romans de cet auteur pour s'y retrouver. La preuve : je découvrais entièrement l'univers, et ça ne m'a posé aucun problème particulier.

Ce qui m'a surtout frappé dès le départ, c'est l'originalité de ce décor de science-fiction : religion et progrès se cotoient, ce que je trouve vraiment étonnant. En tout cas, ce qui est certain, c'est que ce livre ne ressemble pas vraiment à ce que je pensais trouver dans un space-opéra. Je m'imaginais un tas d'engins hyper perfectionnés, ou des conflits armés pour la conquête d'une nouvelle planète. Alors qu'on y trouve surtout de la spiritualité : ce dyptique nous raconte en fait l'opposition millénaire entre le Bien et le Mal, incarnés ici par le Chant Premier (symbole de la Vie) et le Dieu Noir (qui représente le camp du Néant). 

On se retrouve plongé au coeur du conflit au travers de plusieurs personnages : d'un côté les Guerriers du Silence (les protecteurs de l'humanité), et de l'autre les Chevaliers du Néo-Mashma (les serviteurs du Dieu Noir). J'ai beaucoup apprécié les personnages, et surtout celui de Sékhem, amirale d'une flotte de guerre qui s'avère être une femme à multiple facettes et d'une grande force mentale. Elle va jouer un rôle important dans l'intrigue, et reste le personnage le plus réussi à mes yeux. Durant la lecture, j'étais toujours pressée de retrouver les chapitres qui la mettent en scène :)

Je crois que ce sont les personnages de manière générale qui m'ont permi d'apprécier ce roman. Parce que je dois vous avouer que j'ai eu un peu de mal durant la première moitié du livre : il y a trop de spiritualité, trop de choses mystiques, de références à des combats à l'échelle cosmique, d'actions dont dépend le sort de l'univers tout entier. Tout ça m'a un peu dépassée... Sans oublier que l'univers est particulièrement riche et dense, et qu'il faut un certain temps avant de s'y habituer et de se l'approprier. Mais dans la deuxième partie du roman, je me suis davantage attachée aux personnages, et l'action s'accélère de manière notable. Du coup, j'ai envie de lire la suite. C'est une bonne nouvelle non ?

Je dois aussi souligner la très belle plume de l'auteur, que j'ai trouvée très visuelle, très évocatrice. L'auteur sait trouver les mots pour décrire la beauté des choses, pour évoquer une atmosphère. On sent aussi que l'auteur apprécie ses personnages, qu'il les admire, qu'il les voit comme des héros bienfaisants, même s'il ne manque pas non plus de souligner leur part d'ombre et leurs doutes. En plus, j'apprécie la construction du roman avec l'alternance entre le point de vue des personnages à chaque chapitre. J'espère donc que le second tome de ce dyptique saura capter mon attention dès le départ, maintenant que j'ai eu une première approche avec l'univers !



Un univers riche et dense, fortement teinté de spiritualité, qui nous entraîne sur les traces des Guerriers du Silence et de l'opposition éternelle entre le Bien et le Mal. Une lutte pour la survie de l'humanité, en compagnie de personnages uniques, lumineux et pleins de force. Malgré des débuts un peu difficiles (il faut un certain temps pour apprivoiser l'univers) et un aspect mystique trop présent à mon goût, j'ai finit par m'attacher aux personnages et à leur quête, me laissant porter par leur voyage à travers l'espace et le temps, et par la belle plume de l'auteur.


7/10

Une ville futuriste

4 commentaires:

  1. Il a l'air sympa ce roman. Je me laisserai peut-être tenté à l'occasion.

    RépondreSupprimer
  2. super couverture merci pour la chronique je connaissais pas

    RépondreSupprimer
  3. Cette chronique donne bien envie de découvrir ce roman ^^

    Mais j'ai une petit question ^^ A quel niveau s'est-il inspiré de l'univers de Pierre Bordage?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que j'ai compris c'est que l'univers dans lequel se déroule le roman est tiré des livres de Pierre Bordage (les planètes, les différentes races, etc.). Par contre les personnages ont été créés par l'auteur et l'intrigue également.

      Supprimer