5 novembre 2013

Harmonie - Project Itoh

1 comment

Auteur : Project Itoh

Édition : Eclipse
Parution : 2013

Pages : 323
Prix : 14€

Genre : Science-Fiction

A
la suite d’un cataclysme nucléaire qui a presque anéanti l’espèce humaine, l’Utopie a finalement été atteinte grâce à des corps sociaux ultramédicalisés qui s’assurent de la bonne santé de chaque individu, et ce afin de préserver la ressource la plus importante : la vie. Mais dans ce monde homogène, trois jeunes filles, Tuan, Miach et Cian, décident de prendre en main leur destin et de se réapproprier leur existence en détruisant la seule chose qu’elles peuvent atteindre : leur santé. Deux d’entre elles survivront. Quelques années plus tard, Tuan, désormais membre des forces de sécurité de l’Organisation Mondiale de la Santé, doit mener une enquête complexe alors qu’un groupe terroriste menace l’équilibre mondial. Elle va découvrir quelles horreurs se cachent derrière les secrets d’un monde où chacun se doit d’être en bonne santé.

L
orsque j'ai aperçu ce livre en librairie, j'ai tout de suite été intriguée. Principalement parce qu'Harmonie a été écrit par un japonais, et que j'avais envie de voir ce que ça pouvait donner dans un bouquin de SF.

Résultat de l'expérience ? Déroutant. Etrange. Mais intéressant. Si vous n'avez jamais vraiment lu d'auteurs japonais ou de mangas, vous risquez d'être un peu surpris par les thèmes abordés dans ce livre, parce qu'ils sont très représentatifs de la culture japonaise et vraiment différents de ce qu'on peut voir en Europe.

Harmonie aborde le thème du suicide et de la mort, mais aussi de l'individu face à la communauté. Il propose de nombreuses réflexions sur la conscience, son fonctionnement, son utilité. On aborde aussi la question du contrat social : perdre un peu de sa liberté et de son libre arbitre pour mieux vivre en société, mais jusqu'à quel point ? Quelle est la limite acceptable ?

L'ensemble est très froid, sans réelles émotions, à l'image de la société aseptisée qui constitue le décor du livre. Une société dans laquelle les autorités médicales sont au pouvoir, et mènent une véritable dictature de la santé : difficile d'avoir un peu d'intimité quand on a un WatchMe dans le corps, qui nous dicte quel type de vie on doit mener et ce qu'on doit manger, quand chacun peut voir au-dessus de votre tête comment vous vous appelez et quelle est votre note d'évaluation sociale...

L'héroïne du livre ne se sent pas à sa place dans cette société, et l'histoire commence lorsqu'elle rencontre Miach, une camarade de classe un peu spéciale qui va la convaincre de se rebeller contre le système en détruisant ce que la société cherche à protéger au prix de leur liberté : leur propre vie.

Le rythme du récit est très lent mais je ne me suis pas ennuyée pendant la lecture. Ce qui m'a le plus gênée en fait, ce sont les passages descriptifs sur la conscience ou certaines réflexions qui sont souvent répétitifs. Du coup, le roman flirte par moments avec le rabâchage de notions façon cours de philo. Bon, comme certaines idées sont intéressantes, je ne me suis pas trop arrêtée là-dessus, mais j'imagine que ça pourra en rebuter certains. Par contre je dois dire que la fin est surprenante, ce n'était pas du tout ce à quoi je m'attendais !

Globalement, je suis contente d'avoir lu ce livre, mais je l'ai trouvé vraiment particulier, et si je ne l'ai pas détesté, je ne l'ai pas non plus adoré. A essayer si le sujet vous inspire, et si vous êtes curieux de découvrir une SF différente !



Malgré un rythme assez lent, un ton très froid et sans émotions, à l'image du décor aseptisé dans lequel se déroule l'intrigue, les interrogations des personnages et l'univers atypique ont maintenu mon intérêt jusqu'au bout. Le vrai défaut du livre se trouve plutôt dans certains passages trop répétitifs et descriptifs qui font un peu trop étalage de connaissances et de réflexions façon cours de philo. Une SF intelligente qui repose sur des idées intéressantes, mais pas évidente à lire et qui ne conviendra pas à tous les lecteurs.

7/10

1 commentaire:

  1. Malgré la dimension philo que tu souligne, tu m'as donné envie de le lire! En plus, si c'est japonnais je n'hésite pas!

    RépondreSupprimer