18 juin 2014

Dualed, Tome 1 - Elsie Chapman

3 comments

Auteur : Elsie Chapman
Cycle: Dualed

Édition : Lumen
Parution : 2014

Pages : 347
Prix : 15 €

Genre : Science-Fiction, Jeunesse


D
ans la ville fortifiée de Kersh, avant d’atteindre son vingtième anniversaire, chaque citoyen doit éliminer son Alter ego, un jumeau génétiquement identique, élevé dans une autre famille. Le compte à rebours se déclenche un beau matin, et chacun a trente petits jours pour affronter son autre moi. West Grayer est fin prête. Elle a quinze ans, et s’entraîne depuis des mois et des mois pour affronter son Alt. Survivre, c’est accéder à une vie normale, terminer ses études, avoir le droit de travailler, de se marier, de mettre au monde des enfants. Mais un grain de sable imprévu vient gripper la machine, et West se met à douter : est-elle vraiment la meilleure version d’elle-même, celle qui mérite un avenir ? Pour rester en vie, elle doit cesser de fuir… son double d’abord, mais aussi ce qu’elle ressent, et qui a le pouvoir de la détruire.


C
omme beaucoup de blogueurs, j'ai été intriguée par la nouvelle maison d'édition Lumen et ses premiers ouvrages. Dualed m'a de suite attirée avec sa couverture digne d'un film de SF à succès et ses quelques mots accrocheurs, qui laissent présager un bouquin vif et bourré d'action. Et en effet, de l'action il y en a, et pas qu'un peu ! En fait, il y en a même trop, et c'est là le gros défaut de Dualed.

Dès les premières pages, on entre dans le vif du sujet : pas de le temps de tergiverser, quelques lignes suffisent à nous présenter les grands principes fondateurs de l'univers imaginé par Elsie Chapman. Quelques lignes qui malheureusement ne sont pas vraiment développées plus tard dans le roman. Le décor est donc relativement simple : la ville de Kersh est découpée en plusieurs districts, dans lesquels on retrouve bien sûr une nette séparation entre les pauvres et les plus privilégiés. Le principe de l'Avatar et du duel à mort qui oppose tout un chacun à son double est peu développé, et les justifications m'ont parues un peu bancales

Mais admettons qu'on passe sur la légèreté de l'univers pour se contenter de vivre l'histoire. Celle de West, qui se prépare à affronter son Alt. A première vue, ça paraît génial : on est plongés dans la tête de West, on s'imagine la peur d'échouer, le désespoir de voir ses proches tués un à un, mais aussi la volonté de gagner, l'envie de vivre. Avant même que la traque de son Alt et que le compte à rebours commence, on trépigne d'avance à l'idée de vivre ce combat dont l'issue ne peut être que la mort de West ou de son double

Et pourtant, si je ne me suis pas ennuyée pendant ma lecture, bizarrement je ne me suis pas non plus sentie très impliquée dans l'histoire. Déjà, parce que le décor et l'univers sont un peu faiblards à mon goût. Mais aussi et surtout parce que l'action et le rythme ne font pas tout dans un livre. Il faut aussi de l'émotion, et ça, c'est ce qui m'a beaucoup manqué pendant la lecture. Même les passages censés être dramatiques, ou touchants, ou qui auraient dû provoquer un flot d'adrénaline dans mes veines, tous ces moments m'ont plus ou moins laissée de marbre... Tout va trop vite, les réflexions de West sur son double restent bien plus superficielles que ce à quoi je m'attendais au vu du résumé, son histoire avec Chord est inintéressante, et elle-même a des comportements et des pensées incohérentes par moments. Bref, je n'ai pas réussi à vraiment m'accrocher au personnage et à m'émouvoir de ce qui lui arrivait.

Je ressors donc pas entièrement convaincue de ma lecture (et notamment de la fin) : il y a du potentiel, mais aussi beaucoup de défauts dans ce livre. Ceci dit, j'ai aussi vu des blogueuses qui avait adoré ce roman, donc n'hésitez pas à tenter de le lire si le résumé vous attire !



Dualed est un roman qui se lit bien et vite : c'est bourré d'action, et on a envie de savoir comment va se dérouler le duel final entre West et son Alt. Mais l'univers dystopique que je pensais y trouver n'est pas du tout approfondi et le manque d'émotions véhiculé par le récit m'ont déçue. Au final, je ne suis donc que moyennement convaincue par ce premier tome. Une preuve que l'action, c'est bien, mais qu'elle ne suffit pas à faire un livre dont on se souvient longtemps après la lecture !

6,5/10

31/72

une ombre

3 commentaires:

  1. Je suis intriguée par Lumen aussi, et j'avais notamment noté celui-là. Dommage que ce ne soit pas à la hauteur de ce que ça promet, l'idée laissait pourtant la place à pleins de réflexions chouettes...
    Ceci dit j'ai l'impression que c'est de plus en plus courant en littérature jeunesse d'inventer un monde sans l'approfondir et de tout miser sur l'action. C'est à s'en dégoûter, comme tu dis, un roman ne tient pas simplement sur ce qui se passe dedans. Au mieux ça permet de retenir l'attention du lecteur pendant la lecture, mais ce sera vite oublié ensuite...

    Ceci dit j'ai malgré tout envie de voir ce que ça donne (masochisme !), mais ce sera en numérique x)
    J'ai terminé "King's Game" il y a peu, et je ne te le recommande pas non plus... "Widdershins" m'attends dans ma PAL, j'espère qu'il sera mieux que les eux autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui l'idée est intéressante à la base, et quand on lit le résumé, on a l'impression que West va se poser des questions et amener des réflexions sympa. Mais au final ces pensées ne vont pas très loin... Après ça se lit bien quand même mais j'ai vraiment été déçue parce que je m'attendais à mieux.
      Pour King´s Game, ayant lu et été déçue par le premier tome du manga, il est clair que je ne comptais pas me pencher sur le livre. Par contre je reste intéressée par Widdershins :)

      Supprimer
  2. Bon, manque d'action entre les alte egos ^^

    RépondreSupprimer