7 septembre 2014

Contes de l'entre-deux - Pascal Malosse

2 comments

Auteur : Pascal Malosse

Édition : Malpertuis
Parution : 2014

Pages : 124
Prix : 11 €

Genre : Fantastique, Nouvelle


A
u cœur du fantastique, on trouve une qualité essentielle qui en anime les plus grandes œuvres : l’étrange. C’est bien ce parfum qui baigne les Contes de l’entre-deux et accompagne ses héros, qu’il s’agisse pour eux de disputer une partie d’échecs contre un chat qui parle, de rencontrer les fantômes d’une usine abandonnée, de trouver son chemin dans les compartiments d’un train lancé dans une course folle, ou encore d’affronter les conséquences du fait d’avoir toujours raison.

Si elles sont bien localisées dans le temps et l’espace — souvent en Europe centrale — c’est pourtant un vent venu d’ailleurs qui souffle sur ces énigmatiques nouvelles.


C
e recueil est composé de dix-sept nouvelles très courtes (4 ou 5 pages en moyenne) qui évoquent des univers assez variés, bien que plusieurs nouvelles soient fortement imprégnées par l'Europe centrale (comme indiqué sur la quatrième de couverture). Le vrai point commun, et qui donne toute sa cohérence au recueil, réside surtout dans l'étrange et le surnaturel, car chacune de ces nouvelles mêle ces deux éléments de sorte que le lecteur et les personnages n'arrivent plus à faire la distinction entre le rêve et la réalité, entre ce qui relève de la fiction, de l'illusion, et ce qui est issu du monde réel. Cette ambiance toute particulière caractérise fortement chacune des nouvelles et est très bien retranscrite par l'auteur.

Cependant, quelques défauts dans l'écriture m'ont empêché d'apprécier pleinement cette atmosphère fantastique. De manière générale, j'ai trouvé les idées bonnes dans ces nouvelles, et je trouve que l'on entre très facilement dans l'univers de la nouvelle, en très peu de lignes, ce qui n'est pas évident pour des textes si courts. A contrario, si les chutes sont souvent bien trouvées, la manière dont l'auteur nous amène à cette chute n'est pas toujours réussie. Parfois, elle est trop abrupte (comme pour Le Fleuve oublié, que j'ai pourtant bien aimé), parfois amenée de manière étrange (je n'ai pas aimé par exemple l'apparté fait par l'auteur dans L'Eglise de Konrad ou Jeu d'enfant), et souvent pas assez développée. C'est finalement dommage car j'ai parfois eu du mal à suivre le raisonnement de l'auteur pour nous faire arriver à la conclusion de la nouvelle, ce qui m'a fait passer complètement à côté, comme avec Les Yeux Noirs.

Par contre, ce que j'ai bien aimé dans ces fins, c'est qu'elles amènent souvent le lecteur à reconsidérer l'ensemble de la nouvelle ou à se poser des questions sur la réalité de ce que les personnages perçoivent, de ce qui nous est raconté depuis les premières lignes. C'est un schéma qui renforce encore davantage l'atmosphère étrange et onirique des nouvelles.

Mes nouvelles préférées, et celles que je trouve les plus réussies, sont Bain de Cendres, Gare Centrale, En boîte et Dissociation, mais la plupart des nouvelles ont leur intérêt. Très peu de m'ont pas du tout accroché, que ce soit par rapport aux idées ou au style d'écriture.


Beaucoup de bonnes idées, des débuts de nouvelles très réussis qui nous font immédiatement entrer dans l'univers, mais des chutes pas toujours bien maîtrisées, malgré leur contenu intéressant. Un recueil cohérent, qui fait plonger le lecteur au coeur de l'étrange, là où rêve et réalité se mêlent dans un flou surnaturel et où l'illusion domine. Un auteur à suivre pour qui aime les nouvelles fantastiques et très courtes, et qui pourrait s'avérer vraiment bon avec encore un peu de pratique :)

6,5/10

44/72

Un autre avis chez Naufragés Volontaires

2 commentaires:

  1. Malgré les petits couacs des chutes, je me laisserai volontiers tenter à l'occasion, car ta chronique me donne envie ! Europe centrale, étrangeté, onirisme... et il y a un chat quand même, ça compte beaucoup. :)

    RépondreSupprimer
  2. Je me laisserai bien tenter pour le lire, il a l'air tout de même pleins d'imaginations et j'adore ça!
    Merci pour ta chronique,

    Jennifer

    RépondreSupprimer