13 septembre 2014

Le Premier Crâne - Nicolas Sker

Leave a Comment

Auteur : Nicolas Sker

Édition : Michel Lafon
Parution : 2011

Pages : 346
Prix : 17,50 €

Genre : Thriller


D
irecteur d’un laboratoire d’archéologie, Marcus Sambre aime les certitudes. Mais le jour où son ex-femme lui envoie un crâne retrouvé sur un chantier de fouilles en Angleterre, son univers bascule : la datation de l’ossement remet en cause toute l’histoire de l’humanité… Aidé de la journaliste Evannah Poleska, Marcus se lance dans une quête obstinée pour percer un mystère où science, art et religion se côtoient dans un vertigineux engrenage. Du Centre d’énergie atomique de Saclay au Golgotha à Jérusalem, talonné par des individus prêts à tuer, ce couple détonant devra repousser les limites de la raison pour affronter un secret qui pourrait se révéler bien plus redoutable que les hommes qui le traquent sans merci.



L
e Premier Crâne est un thriller haletant, c'est le cas de le dire : pas de répit pour les personnages principaux, Marcus et Evannah. Les chapitres sont très courts et tout s'enchaîne très vite sans aucun temps mort. D'ailleurs, dès les premiers chapitres, on entre dans le vif du sujet, découvrant les personnages et la quête qui va les pousser à s’entre-déchirer pendant tout le roman : d'abord Marcus Sambre, un scientifique spécialiste de la datation des objets anciens, qui va recevoir un crâne envoyé par son ex-femme archéologue, et qui va se révéler une véritable énigme scientifique... Un crâne plus vieux que l'univers qui attire les convoitises et pose de nombreuses questions, à la fois religieuses et métaphysiques. Ensuite il y a Evannah, une journaliste de choc qui va accompagner Marcus dans sa quête de vérité. Sur leur route, deux ennemis : Annibale, un membre de la Sainte Alliance qui cherche à récupérer le crâne dans un but religieux; et Franz, qui dirige une organisation secrète cherchant elle aussi à récupérer le crâne au nom d'une idéologie. Les trois camps sont alors embarqués dans une enquête qui se déroule à toute vitesse et amène les protagonistes à voyager sur plusieurs continents et à travers l'histoire, dans une véritable course-poursuite pour s'emparer du crâne et de ses secrets.

Il est sûr que Le Premier Crâne est un page-turner, ne laissant le lecteur reprendre son souffle qu'au moment de refermer le roman. C'est d'ailleurs le gros point fort de ce roman, qui en fait une lecture agréable et efficace (parfaite pour les vacances d'ailleurs^^). Et c'est aussi en quelque sorte ce qui le sauve, comme un "cache-misère" (désolé pour ce terme un peu fort, mais c'est ce qui me vient à l'esprit). Car derrière la course vers la vérité, il y a de nombreuses incohérences et des "trous" qui restent à combler pour en faire une intrigue vraiment réussie.

Le premier "manque" concerne les personnages et leur développement : ils sont tout juste esquissés, que ce soit les "héros" Marcus et Evannah, dont on sait finalement très peu de choses, ou encore les "méchants" qui sont souvent caricaturaux et peu développés (que ce soit Franz, Annibale ou même Irina et Luther). Leurs motivations ne sont pas toujours claires, alors que ce point me paraît important étant donné la lutte à mort dans laquelle ils s'engagent pour faire parler le crâne et le conserver.

Ensuite, le comportement des personnages et certains retournements de situations sont franchement peu crédibles, voire complètement tirés par les cheveux : Evannah apparaît comme une sorte de James Bond version fille. Ses déductions sont ultra rapides et sans jamais aucune mauvaise interprétation, elle s'infiltre chez l'ennemi sans grande difficulté, etc. De même, certains personnages en tuent d'autres sans sourciller, déchiffrent des codes compliqués en quelques heures, et passent bien vite à autre chose même quand leurs proches se font assassiner. Et bien sûr, tous les matériaux nécessaires à la résolution des énigmes posées par le crâne sont accessibles en un rien de temps. Besoin d'un spécialiste dans tel domaine ? Pas de soucis, j'ai un ami qui habite à deux pas et qui es disponible. Besoin d'une machine perfectionnée pour faire des analyses ? Facile, j'ai l'autorisation d'en utiliser une qui est à côté de chez moi ! Sans oublier que les personnages semblent parfois seuls au monde : un coup de feu tiré dans un lieu touristique n'attire aucun curieux par exemple, ce qui n'est pas du tout crédible...

En dehors de ces facilités, ce qui m'a dérangé, c'est que l'auteur a voulu mélanger à peu près tout ce qui se fait dans ce type de romans : un peu de religion (et le Vatican au passage), des personnages connus, des tableaux, des châteaux, des cryptes, des francs-maçons, de l'alchimie, des théories scientifiques (que j'aurais souhaitées un peu mieux expliquées d'ailleurs). J'ai d'ailleurs beaucoup pensé à Dan Brown en lisant ce roman, même si Le Premier Crâne est moins complexe et plus haletant. Ce type d'intrigue plaira sûrement à beaucoup de lecteurs, mais je me rends compte que ce n'est pas vraiment ce qui m'attire. En fait, c'était une lecture sympa pour les vacances, mais je n'en lirais pas tous les jours.

Pour terminer, un mot tout de même sur la fin, que j'ai bien aimée et qui s'est révélée surprenante étant donné ce que je vous ai dit plus haut sur le type d'intrigue développée dans le roman. L'épilogue clôture bien le livre et laisse le lecteur décider de ce qu'il veut croire ou non. Une bonne fin donc, complétée par quelques explications de l'auteur et une bibliographie pour ceux qui souhaiteraient approfondir le sujet.


Le Premier Crâne est un thriller haletant qui entraîne le lecteur dans une véritable course-poursuite digne d'un blockbuster américain : les rebondissements s'enchaînent, les personnages voyagent à travers l'histoire et les continents pour découvrir la vérité sur le crâne et ses secrets. Mais ils ne sont pas les seuls à convoiter cet objet unique, et nos héros doivent donc à la fois résoudre des énigmes dignes d'un roman de Dan Brown, mais aussi échapper à leurs poursuivants et les empêcher de mettre la main sur le crâne. Un vrai page-turner, mais dont l'intrigue souffre malheureusement de nombreuses incohérences : beaucoup d'éléments sont tirés par les cheveux, et les personnages ne sont pas assez fouillés, voire complètement caricaturaux. En bref, une lecture sympathique dont le rythme effréné empêche le lecteur de se poser de vraies questions sur une intrigue qui se permet beaucoup trop de facilités.

6,5/10

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire