30 octobre 2014

L'Ecole de la Nuit - Deborah Harkness

7 comments

Auteur : Deborah Harkness
Cycle : Le Livre Perdu des Sortilèges

Édition : Orbit
Parution : 2012

Pages : 547
Prix : 19,90 €

Genre : Fantastique


L
'historienne Diana Bishop, issue d'une lignée de sorcières puissantes et le vampire Matthew Clairmont ont violé les lois de séparation des créatures. Lorsque Diana a découvert un manuscrit alchimique magique à la Bodleian Library, elle a déclenché une lutte dans laquelle elle est devenue liée à Matthew. Maintenant la coexistence fragile entre sorcières, démons, vampires et humains est dangereusement menacée.

Cherchant la sécurité, Diana et Matthew ont voyagé dans le temps pour se retrouver à Londres, en 1590. Mais ils réalisent vite que le passé n'est un havre de paix. Retrouvant son ancienne identité en tant que poète et espion de la reine Elizabeth, le vampire retombe avec un groupe de radicaux connus sous le nom de l'École de la Nuit. Beaucoup sont des démons rebelles, les esprits créatifs de l'âge, dont le dramaturge Christopher Marlowe et mathématicien Thomas Harriot.

Ensemble Matthieu et Diana chercheront le Londres des Tudor pour trouver le manuscrit insaisissable, l'Ashmole 782, et la sorcière qui va enseigner à Diana comment contrôler ses pouvoirs remarquables.


L
a sortie du tome 3 en librairie et la venue de l'auteure aux Utopiales cette année m'ont décidée à enfin sortir cette suite de ma PAL ! Je savais que l'écriture de Deborah Harkness fourmillait de détails et que l'immersion risquait d'être difficile, malgré la qualité de son univers, car c'est ce que j'avais ressenti en lisant le premier tome. Et cette suite n'a pas été différente sur ce point !

Les cent premières pages (qui correspondent à la première partie du livre, divisé en six parties) ont été quelques peu laborieuses pour moi, principalement parce que j'ai mis du temps à me remémorer les événements du tome 1. Mais pas seulement : j'ai aussi eu du mal avec tous les nouveaux personnages, les membres de l'Ecole de la Nuit et les autres. Je les ai souvent trouvés interchangeables (surtout quand ils sont tous réunis dans une même pièce et que chacun y va de sa petite remarque ou blague d'érudit), et j'ai donc souvent été embrouillée lors de dialogues entre tous les membres de l'Ecole de la Nuit car je n'arrivais pas à différencier qui parlait. C'est peut-être aussi parce que je suis une quiche en Histoire, et qu'en conséquence je ne sais rien des plus grandes figures évoquées dans ce premier tome, ou presque. Alors quand se sont ajoutées des histoires entre la Congrégation, la chasse aux sorcières, les guerres de religion entre catholiques et protestants, la reine Elizabeth et la famille Clairmont, j'ai très clairement été perdue...

J'ai par contre adoré voir les pouvoirs de Diana changer et comprendre par certains passages du livre ce que la présence de Diana et Matthew au XVIeme siècle pourrait avoir comme conséquences dans le futur. J'aime vraiment beaucoup voir cette problématique du temps dans un roman, surtout qu'aucun ne donne jamais de réponse, c'est un mystère qui reste toujours entier et qui n'a pas de solution. C'est en cela qu'il est passionnant et qu'il est un sujet de livre sans fin, qui ne peut s' épuiser, chaque auteur le traitant à sa façon.

Passées ces cent premières pages, la deuxième partie est plus entraînante, même si le rythme global du roman reste lent. On y découvre Philippe, le père de Matthew, et on y aborde un peu plus la vie quotidienne de l'époque. Diana doit s'adapter à sa nouvelle vie et se faire une nouvelle fois une place au sein de la famille des Clairmont, alors que les chasses aux sorcières qui éclatent un peu partout menacent sa vie à tout instant. Cette partie nous permet d'en apprendre plus sur Matthew, qui y dévoilera quelques uns de ses secrets (mais on sait bien qu'il en garde sous le coude^^), ce qui fera évoluer sa relation avec Diana.

La troisième partie se concentre enfin sur les pouvoirs de Diana (après tout, n'est-ce pas pour cela que le couple s'est rendu dans le passé ?). J'ai trouvé cette partie passionnante parce qu'elle parle de magie et de mystère, et qu'on y découvre de nouveaux personnages. Des liens se font petit à petit entre les époques et les individus, nous donnant un aperçu des secrets du Livre Perdu des Sortilèges et de l'ampleur du rôle de Diana et de Matthew dans l'avenir de leurs communautés. Et pourtant, l'auteur arrive toujours à poser davantage de questions, et à maintenir une sorte d'aura de mystère à chaque chapitre.

Les parties suivantes sont de plus en plus intéressantes parce que la quête de l'Ashmole 782 réapparaît comme une préoccupation majeure de nos héros, qui vont enfin obtenir des réponses... mais qui restent tout de même partielles, et qui nous laissent un peu sur notre faim. On sent le mystère grandir encore et encore, on VEUT savoir mais on n'obtient que des questions supplémentaires, c'est assez frustrant ! Je ne peux pas trop en dire plus sans spoiler :)

Ce qui m'a vraiment marqué dans ce tome, c'est que la conception qu'a Deborah Harkness des vampires, sorcières et démons est assez éloignée de ce que j'ai pu lire jusqu'à présent. On a vraiment l'impression que ces créatures sont totalement intégrées dans notre monde, aussi bien au XVIème siècle qu'à notre époque, et leurs pratiques s'adaptent en fonction de leur environnement. Les vampires sont assez loin des créatures avides de sang qu'on peut voir dans d'autres romans. J'avoue que ce point m'a surpris parce qu'à aucun moment on ne voit Matthew ou d'autres vampires lutter contre la soif, et même les quelques rares moments où on évoque le fait qu'ils se nourrissent, à aucun moment on ne ressent le vampire comme un prédateur qui doit lutter contre sa nature animale. Diana n'a jamais vraiment cette sensation; elle sent à l'approche d'un vampire qu'il est dangereux et éventuellement qu'il va essayer de la dominer. Mais jamais elle ne semble avoir peur de la possibilité de se faire mordre, ce que je trouve étrange, comme si ce point était volontairement éclipsé par l'auteur. Le côté vampire buveur de sang de Matthew est complètement écarté, et le côté sombre du personnage vient finalement plus de son caractère secret et de ses alliances compliquées plutôt que de sa nature de wearh. On comprend quand même petit à petit que le fait de vivre plusieurs siècles lui pèse (pour différentes raisons que je vous laisse découvrir^^), mais je reste vraiment sur cette impression que les problèmes des vampires dans la vision de Deborah Harkness ne sont pas les mêmes que dans d'autres œuvres de fantastique. 

Les démons sont quant à quasiment absents dans ce tome, ce qui fait qu'on en sait finalement très peu sur leur nature. J'espère en découvrir plus par la suite ! Du côté des sorcières, les différents pouvoirs existants sont variés et intéressants, même si l'apprentissage de la magie reste assez obscur malgré les passages consacrés à l'avancée de Diana dans ce domaine. Il reste donc encore énormément de choses à explorer dans le troisième et dernier tome de cette trilogie, et je suis assez pressée de connaître le fin mot de l'histoire !


Malgré un rythme toujours lent et une narration riche en descriptions et en détails qui pourra en rebuter certains, l'Ecole de la Nuit est une digne suite au Livre Perdu des Sortilèges : l'intrigue s'étoffe au fil des pages et nous offre une immersion totale au coeur du XVIème siècle. On y découvre des éléments du passé de Matthew et de Diana et une pléthore de nouveaux personnages. Diana apprend peu à peu à se servir de ses pouvoirs, et on apprend sans surprise que la présence de nos héros dans le passé pourrait avoir quelques conséquences sur leur futur... L'aspect romance qui m'avait un peu gêné dans le premier tome m'a cette fois-ci semblé plus mature : l'amour n'est clairement pas un long fleuve tranquille, et le roman retranscrit plutôt bien ce qu'implique la vie de couple. En conclusion, un deuxième tome réussi qui pose toujours plus de questions, et dont j'espère trouver les réponses dans le tome final !

8/10


18/26

51/72

un personnage de dos

7 commentaires:

  1. Je vois que nous avons des avis assez similaires. Je n'ai pas non plus adhéré au début de ce tome et l'Ecole de la Nuit m'a peu intéressée. Par contre, plus le livre avançait et plus les pages tournaient vite.
    Des réponses dans le tome 3 il y en a … je n'en dirai pas plus ;)

    Bonne suite !

    RépondreSupprimer
  2. Le tome 1 m'avait fait cet effet là, je ne suis donc pas surprise même si j'espérais un rythme plus soutenu. Vu que je suis aussi une quiche en Histoire je sais à quoi m'attendre au début ! Ta chronique reste très positive, je suis curieuse de découvrir ce tome 2 à mon tour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Globalement si tu as aimé le tome 1, tu devrais aimer la suite :)

      Supprimer
  3. Exactement ce que j'en ai pensé...

    RépondreSupprimer
  4. très belle critique, très constructive qui m'a donné l'envie de recommencer à le lire car j'avoue l'avoir abandonnée à mi chemin, merci !
    bonne lecture :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien Nanou Bulle ! Bonne lecture alors, en espérant que tu n'abandonnes pas une deuxième fois :)

      Supprimer