9 octobre 2014

Lexicon - Max Barry

Leave a Comment

Auteur : Max Barry

Édition : Delpierre
Parution : 2014

Pages : 444
Prix : 20 €

Genre : Thriller, Science-Fiction


«
Les mots peuvent tuer. Littéralement. »

Dans une école bien particulière de Virginie, les étudiants n’apprennent pas l’histoire, la géographie ou les mathématiques, mais comment persuader, en usant du langage pour manipuler les esprits. Les mots sont des armes. Les plus doués prennent le grade de « poète », et intègrent une organisation anonyme au but inconnu.

Emily Ruff est repérée par des agents dans les rues de San Francisco, et elle devient rapidement le prodige le plus talentueux de l’école. Jusqu’à son erreur fatale : elle tombe amoureuse.

Wil Parke est piégé par deux hommes dans les toilettes d’un aéroport. Ils l’accusent d’être la clé d’un secret qu’il ignore, doté d’un esprit qui résiste aux mots. Pourquoi s’intéressent-ils à lui, pourquoi les poètes le poursuivent-ils... et pourquoi ne se rappelle-t-il pas un accident qui a failli lui coûter la vie des années plus tôt ?


J
'ai commencé ce roman sans attentes particulières, mais simplement curieuse de découvrir quelque chose de nouveau, dans un genre que je lis de temps en temps mais que je connais encore mal : le thriller. Et je dois dire que ce fut une belle découverte :)

Dès les premières lignes, on est plongé tête la première dans l'action, et on ne comprend d'ailleurs pas vraiment ce qu'il se passe : tout s'enchaîne très vite entre course-poursuite et bagarre dans les toilettes d'un aéroport, sans qu'on sache vraiment qui est qui, pourquoi les personnages se retrouvent dans cette situation, et pourquoi plusieurs "camps" semblent s'affronter. Le roman est construit entièrement sur ce mode : les chapitres sont très rythmés, il y a beaucoup de dialogues, et on est souvent dans le flou, surtout au début.

On alterne en fait entre des chapitres narrés par Wil, qui se retrouve malgré lui propulsé au coeur d'une course-poursuite qu'il ne comprend pas lui-même (et nous non pus d'ailleurs), et le point de vue d'Emily, une jeune femme qui se paye de quoi manger en arnaquant les passants dans la rue, et qui est recrutée par une organisation étrange pour devenir "poète". A première vue, rien ne les relie, et pourtant... Au fur et à mesure qu'on avance dans les chapitres, on glane quelques informations sur ce qu'il s'est passé et on commence à recoller les morceaux, sachant que l'auteur mélange passé et présent sans vraiment nous en informer. Du coup, il faut un certain temps avant de saisir de quoi il retourne, mais comme on est sans cesse dans l'action et qu'on apprend à connaître les personnages, ce manque d'informations ne m'a pas tellement dérangé. Au contraire, même si je ne comprenais pas tout au départ, j'ai accepté cette situation et je me suis retrouvée complètement prise par les événements. Et quand j'ai commencé à comprendre, j'étais de plus en plus curieuse d'avancer dans la lecture pour en savoir plus ! Une fois qu'on a compris comment la narration fonctionnait, c'est que du plaisir :)

Si jusque là vous n'êtes pas perdus, alors vous ne pouvez que passer un bon moment avec ce livre. L'intrigue de fond est originale, car elle mêle les codes du thriller avec une pointe de science-fiction qui interpelle le lecteur : et si les mots étaient véritablement des armes ? S'ils pouvaient faire tomber toutes vos barrières mentales pour mieux vous manipuler, vous faire obéir, vous blesser ou vous tuer ? Max Barry développe là une théorie poussée sur les langues, les mots et la manière dont ils agissent sur notre cerveau. L'auteur entrecoupe parfois deux chapitres avec des articles de presse, des discussions glanées sur des forums en ligne ou des écrits de poètes (ceux qui manipulent les mots). Un peu à la manière de Neal Shusterman dans Les Fragmentés, ces interludes sont judicieusement disséminés dans le roman et relancent notre intérêt, nous poussent à nous interroger, voire à imaginer que les poètes pourraient bien exister dans notre société actuelle.

Car l'auteur aborde également un point d'actualité : l'utilisation de nos données personnelles (nos achats au supermarché, nos habitudes, nos données facebook ou autres réseaux sociaux, nos déplacements...) par les médias ou par des sociétés commerciales, pour nous pousser à acheter, à voter pour tel ou tel parti politique, etc. De quoi faire marcher nos méninges !

Le bémol dans tout ça, c'est que l'émotion est quelque peu absente du récit, qui se concentre davantage sur l'action et la théorie des mots que sur le ressenti des personnages. Emily vient tempérer un peu tout ça et apporte une touche plus "humaine" au roman, du fait de sa personnalité complexe et de sa fragilité. On s'attend à tout moment à ce qu'elle explose, et ce jusqu'à l'épilogue. J'avoue pourtant que la fin ne m'a pas trop plu, je l'ai trouvée précipitée et finalement sans grande surprise. J'ai eu un regard assez détaché sur ces derniers chapitres, qui ne renferment pas assez de tension dramatique ou d'enjeux pour en faire LE moment important du roman, alors même que c'est ce qu'ils devraient être. Je reste tout de même sur une impression positive, car le roman est vraiment plaisant à lire (d'ailleurs je n'en ai fait qu'une bouchée^^).


Lexicon est un thriller sur fond de science-fiction, qui propose une intrigue originale et moderne, car elle aborde des questions d'actualité tout en développant une théorie de la manipulation par les mots assez fascinante. C'est également un roman très visuel, qui donne au lecteur l'impression d'être plongé dans un film d'action dès les premières phrases. La narration très rythmée masque toutefois un peu trop les émotions des différents protagonistes : certes, les poètes se dévoilent peu afin d'échapper à la manipulation de leurs pairs, mais l'ensemble reste un peu froid. Seule Emily a réussi à me toucher un peu, mais les rebondissements qui parsèment son histoire sont souvent prévisibles, ce qui gâche parfois les moments importants du récit. Un thriller original à découvrir !

7,5/10


47/72

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire