13 octobre 2014

The Maze Runner - James Dashner

5 comments

Auteur : James Dashner
Cycle: The Maze Runner

Édition : Chiken House
Langue : Anglaise
Parution : 2010

Pages : 384
Prix : 7.99 £

Genre : Science-Fiction, Jeunesse


W
hen the doors of the lift crank open, the only thing Thomas remembers is his first name. But he's not alone. He's surrounded by boys who welcome him to the Glade - a walled encampment at the centre of a bizarre and terrible stone maze.

Like Thomas, the Gladers don't know why or how they came to be there - or what's happened to the world outside. All they know is that every morning when the walls slide back, they will risk everything - even the Grievers, half-machine, half-animal horror that patrol its corridors, to try and find out.


A
vec la sortie imminente du film Le Labyrinthe, j'avais très envie de découvrir ce livre, mais en VO, histoire de bien faire les choses :) Je l'ai lu à un rythme d'escargot (j'ai quelques progrès à faire en anglais avant de pouvoir lire à la même vitesse qu'en français...), et pourtant, ce roman est loin d'être de tout repos !

Dès les premières pages, on entre au cœur de l'action : on se retrouve aux côtés de Thomas, dans un ascenseur obscur... avec absolument aucune information sur ce qu'il se passe, puisque Thomas est amnésique et ne se souviens même pas de qui il est ! On est donc propulsé au sein d'une communauté de jeunes garçons, qui sont organisés par métiers et qui obéissent à un petit groupe de leaders nommés les Gardiens. Thomas découvre qu'il est coincé dans cet endroit étrange, et que chaque jour, les Runners parcourent le Labyrinthe qui entoure le Bloc pour tenter de trouver une issue... sans succès depuis deux ans.

Chaque chapitre contient son lot d'action et d'interrogations et il y a très peu de temps morts, ce qui fait qu'on ne s'ennuie jamais. On découvre le fonctionnement de la communauté, du Bloc et du Labyrinthe avec les yeux de Thomas, un procédé narratif efficace qui nous tient en haleine du début à la fin. Le lecteur est très vite écrasé par une atmosphère lourde et inquiétante : le Labyrinthe est un mystère pour tous, et les Grievers (je crois que ça a été traduit par "griffeurs" dans la VF), des monstres machines qui hantent le labyrinthe, font peser une menace constante sur nos jeunes ados. 

De plus, il semble que l'arrivée de Thomas dans le Bloc ne soit pas un hasard, et que quelque chose s'est déclenché : tout a commencé à changer depuis que Thomas est sorti de l’ascenseur... Ce qui va lui attirer des ennuis et le placer au coeur des préoccupations de la communauté qui vit au Bloc. Et surtout, le lecteur sent bien qu'une sorte de compte à rebours a commencé, et que chaque page lue le rapproche du dénouement, qu'il soit positif ou négatif...

Vous l'avez compris, ce roman est totalement axé sur l'action et sur l'atmosphère angoissante qui règne au sein du Bloc et au coeur du Labyrinthe. C'est le point fort du livre, mais c'est aussi sa faiblesse : pour ma part, j'ai trouvé l'émotion quasi absente de ce roman. Thomas m'est apparu comme un personnage assez froid, et même si on se sent parfois proche de lui parce qu'on est aussi paumés que lui, je n'ai pas réussi à m'y attacher ni à éprouver de réelle sympathie à son égard. J'ai par contre beaucoup plus apprécié Minho et Newt, ce sont les deux personnages les plus réussis à mon sens. Quant à Teresa, elle m'a parue totalement insignifiante et sans grande utilité ni personnalité pour le moment. 

En fait, j'ai un peu pensé au film Cube, car le principe du récit est le même : comment survivre dans un environnement hostile ? Comment s'adapter et trouver les ressources nécessaires pour sauver sa peau ? Comment ne pas sombrer dans la folie ? Pourtant, j'ai trouvé que dans le fond, si on nous montre que les habitants du Bloc ont appris à vivre ensemble et se sont organisés pour survivre et pour tenter de trouver une solution à leur problème commun, cet aspect communauté n'est pas tellement exploité. Le côté psychologique lié à l'enfermement dans le Bloc, à la nécessité de la survie, est finalement pas mal mis de côté au profit de l'action. Alors certes, on voit bien que certains personnages finissent un peu fous, ce qui ajoute à l'angoisse du lecteur et qui rend le Bloc encore plus glauque au fur et à mesure de la lecture, mais je pense que l'auteur aurait pu aller plus loin et proposer quelque chose de plus recherché sur le plan psychologique. En bref, les personnages et l'aspect psychologique ne sont pas vraiment le point fort de ce premier tome, et c'est dommage, car l'univers et l'ambiance sont vraiment réussis.

Concernant la fin, elle est assez surprenante mais une fois certains éléments révélés, on se doute vite de quoi il retourne. L'épilogue notamment ne m'a pas surpris, mais il permet de terminer ce livre sur une interrogation et il a du donner à certains l'envie de se ruer sur le second tome. Je me demande ce que va donner la suite, le tome suivant devrait être totalement différent du premier, du coup je ne sais pas trop à quoi m'attendre et j'ai peur d'être déçue, mais je le lirais quand même :)

Ah oui, et j'ai très envie de voir le film !


The Maze Runner est un roman prenant, bourré d'action, dans un univers intriguant et angoissant à souhait. Difficile de le lâcher une fois commencé ! Seul bémol : le côté psychologique lié à l'enfermement et à la survie n'est pas exploité à son maximum, et j'ai eu du mal à m'attacher à certains personnages. Mais je reste globalement sur une impression très positive, j'espère que l'auteur saura continuer sur sa lancée pour le tome suivant :)

8/10


48/72

un mur immense

5 commentaires:

  1. J'ai le même ressenti que toi pour les personnages auxquels je ne me suis pas attachée et le rappel du film Cube! J'attend d'avoir des retours du film pour me décider à aller le voir, j'aimerai quand même bien voir les effets spéciaux mis en place mais bon, si c'est pas top, j'attendrai sa sortie dvd !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je regarde de moins en moins de films en DVD, je me rends compte que c'est vraiment mieux au ciné... Même des films moyens passent beaucoup mieux au cinéma que sur la TV, et je prends beaucoup plus de plaisir à aller en salle que sur mon canapé :) Bon, c'est aussi parce que j'ai des places pas cher, sinon c'est sûr que le cinéma, c'est pas donné !

      Supprimer
  2. J'aurais aimé lire le livre avant de pouvoir aller voir le film mais ce ne sera pas possible. Je verrais du coup. :) Super chronique. Tu donnes envie d'ouvrir le livre. :)

    RépondreSupprimer
  3. J'ai par contre eu des retours assez différents sur le tome 2, donc je ne sais pas trop quoi en penser ! Voyons déjà le film :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai autant aimé le premier que le deuxième, même si mon favori reste le premier tome. Le 3 a un rythme différent, et c'est celui que j'ai "le moins aimé" même si j'ai adoré tout de même.

      Supprimer