14 décembre 2014

La Voix du couteau - Patrick Ness

1 comment

Auteur : Patrick Ness
Cycle: Le chaos en marche

Édition : Folio SF
Parution : 2014

Pages : 544
Prix : 8,40 €

Genre : Science-Fiction


C
'est l'année de ses treize ans et, dans un mois, Todd Hewitt va devenir un homme. Il est le dernier garçon de Prentissville. Cette ville de Nouveau Monde est uniquement peuplée d'hommes. Depuis longtemps, toutes les femmes et les enfants ont disparu. A Nouveau Monde, chacun peut entendre les pensées des autres, qui circulent en un brouhaha incessant, le Bruit. Nul ne peut échapper au Bruit, nulle part, jamais...


A
vez vous jamais rêvé de pouvoir lire dans les pensées ou d'entendre tout haut ce que les autres pensent tout bas ? Hé bien à Prentissville, sur Nouveau Monde, c'est ce qui se passe : tout le monde entend les pensées des autres. C'est ce que les habitants appellent le Bruit. Et on comprend très vite que ce n'est pas aussi cool que ça en a l'air... Le Bruit n'empêche pas les gens de mentir, il exclus toute intimité et rend les gens encore plus méfiants les uns des autres. Mais surtout, il peut rendre fou...

C'est ce que Todd va découvrir à ses dépends, Todd qui doit avoir 13 ans dans un mois et devenir un homme. Il ne sait pas encore ce que ça signifie, mais il est pressé de l'être, parce qu'il est le dernier enfant de Nouveau Monde.

Mais tout ne va pas se passer comme prévu, et Todd va peu à peu perdre son innocence, au travers d'un voyage initiatique rempli de l'horreur des hommes, de mauvaises rencontres, de courses poursuites, de meurtres et de sang. Et pourtant, il y apprendra aussi des vérités cachées, il fera de belles rencontres, vivra des moments forts et il découvrira des sentiments inconnus de lui jusqu'alors. De belles choses qui surgissent au milieu du chaos.

La première moitié du livre est assez difficile à appréhender, principalement à cause du vocabulaire utilisé par Todd : c'est lui le narrateur, et il a une manière de parler assez particulière. Beaucoup de mots sont modifiés par rapport à leur prononciation et leur orthographe initiale. Même si on comprend vite ce qu'il veut dire, quand le quart des mots sont modifiés dans une phrase, et que ça se répète sur des pages et des pages, c'est assez déstabilisant. D'autant plus qu'il faut assimiler l'univers et ses spécificités, notamment le Bruit : comment il se manifeste, d'où il vient, pourquoi il touche les hommes. Il faut aussi s' habituer au fait que les animaux parlent eux aussi, ce qui d'ailleurs donne lieu à des situations assez comiques entre Todd et Manchee, son chien.

Autre spécificité, la narration de Todd se fait souvent sans respiration (et donc sans ponctuation) dans la phrase. En lisant, on a parfois l'impression de manquer de souffle à la fin des phrases ! On retrouve cette narration principalement dans les moments clés du récit, soit parce qu'il y a beaucoup d'action, de peur et d'adrénaline (lors d'une course-poursuite par exemple, sachant que le roman est en fait une énorme course-poursuite tout du long), soit parce que Todd se noie sous des émotions nouvelles.

Une fois habitué à cette narration particulière, on finit par l'apprécier. Todd devient peu à peu très attachant, on est complètement happé par sa quête de vérité, par sa fuite éperdue, et beaucoup de passages sont très touchants. J'ai lu les 200 dernières pages d'une seule traite, complètement prise dans son histoire, et j'ai eu à plusieurs reprises les larmes aux yeux, submergée par tout ce qui arrive à Todd et par les implications qui en découlent.

La fin est vraiment excellente, l'auteur étant très loin de tomber dans la facilité. L'intrigue est bien ficelée et on la sent maîtrisée de bout en bout, même si pendant la première moitié du livre on ne comprend pas bien où il nous mène, tout s'éclaire dans la seconde partie. Les dernières lignes laissent le lecteur heureux de l'aventure, mais frustré de ne pas avoir le tome 2 sous la main !


Une fois l'univers, le vocabulaire et la manière de s'exprimer du héros assimilés (ce qui a pris environ 200 pages pour moi), ce roman est un régal ! Le récit monte en puissance au fil des pages, l'émotion est bien présente, les retournements de situation sont nombreux et bien maîtrisés. Une découverte à chaque page, et une envie furieuse de lire la suite après la dernière page tournée.

8,5/10

61/72

un poignard

1 commentaire: