20 janvier 2015

Winterheim, intégrale - Fabrice Colin

14 comments

Auteur : Fabrice Colin
Cycle : Winterheim

Édition : Pygmalion
Parution : 2011

Pages : 604
Prix : 22,90 €

Genre : Fantasy

I
l y a bien longtemps, les Faeders et les Dragons ont décidé de ne plus s'immiscer dans les affaires des mortels. Retirés loin de Mirgard, ils ont cependant confié à la Dame des Songes et à ses trois demi-soeurs les Ténèbres la tâche de veiller sur les humains.Aujourd'hui, dans le royaume de Walroek, le jeune forestier Janes Oelsen, dont les parents n'ont jamais pu comprendre le caractère rêveur et la juvénile impétuosité, entre en possession d'une mystérieuse carte à la suite d'un pari. Accompagné de sa fidèle chouette Flocon, il va partir pour le château maudit de Nartchreck où, à en croire les légendes, repose un fabuleux trésor...


L
orsque j'ai commencé cette intégrale, j'ai tout de suite été emballée : je ne crois pas avoir déjà lu un bouquin de fantasy qui prend place dans un univers inspiré des mythologies nordiques, et c'est bien dommage car si je n'y connais pas grand chose, je sais que c'est une mine d'or pour l'imaginaire :) J'ai immédiatement été prise dans cette ambiance si particulière, caractéristique de la mythologie : je dois dire que Fabrice Colin a parfaitement réussi à retranscrire tout cela dans son roman, et c'est l'énorme point fort de Winterheim.

Comme dans la mythologie grecque, qui elle est plus prisée des auteurs de fantasy, on est plongé dans un monde où les Dieux foulent la terre des hommes, les entraînent dans leurs querelles et se jouent du destin. Car les Dieux sont en guerre, et ils mettent Midgard à feu et à sang pour obtenir ce qu'ils veulent, se trahissant au passage entre frères et soeurs, parents et enfants, cousins et autres liens plus ou moins éloignés.

Certains passages sont dignes d'un jeu vidéo, passages que j'ai trouvés assez jouissifs, je dois bien le dire : exploration d'un château hanté de guerriers squelettes, bataille à tout va, avec artefact à la clé :) Et l'ambiance nordique est tellement bien rendue, c'est absolument génial !

Mais voilà à peu près tout ce que vous trouverez de positif dans cette chronique. Car passé ce moment de découverte de l'univers (qui correspond à peu près au premier tome de l'intégrale), plus grand chose ne m'a attiré dans le roman. L'intrigue en elle-même est des plus classiques : un jeune héros qui s'ignore, qui va découvrir qui sont ses parents, quels dons et quels fardeaux ils lui ont laissé, et qui va suivre sa destinée jusqu'à... je ne sais pas quoi, car je n'ai pas réussi à finir le roman. C'est bête, mais passé le deuxième livre, je me suis forcée, forcée à continuer, et j'ai fini par craquer 150 pages avant la fin et par laisser tomber. Connaître la fin de l'histoire ne m'intéressait même plus !

Ce qui m'a beaucoup gênée, c'est d'abord l'histoire d'amour entre le héros et une princesse, qui tombe du ciel sans aucune explication, et sans subtilité aucune. C'est digne d'un Walt Disney, où il suffit par exemple à Aurore d'apercevoir le prince quelques secondes pour en tomber follement amoureuse. Sauf que là, même si on est dans une saga mythologique, avec une narration un peu particulière, on n'est pas dans un Disney, et ce n'est pas ce que j'attends d'un roman de fantasy. Moi, je veux du sang, je veux sentir la mort comme une menace qui pèse à chaque instant sur les héros, je veux de la violence, du sexe, de la magie... de l'aventure quoi ! (bon rassurez vous, je peux aussi apprécier un roman sans violence et sans sexe hein^^ Et malgré ma critique, soyez prévenus que ce livre contient sa part de violence, puisque le roman met notamment en scène plusieurs viols). 

Et là... je n'ai pas trouvé ce souffle épique dans le récit, je n'ai pas frémi quand les batailles sont décrites par l'auteur, ma tête n'a pas tourné quand le héros a embrassé sa belle, je n'ai pas pleuré quand ils ont été séparés... Bref, passé le premier livre, tout est devenu trop plat, trop lisse, et ce qui devait être une grande saga épique a fini en eau de boudin, mon enthousiasme du début est retombé comme un soufflet.

La narration y est peut-être aussi pour quelque chose, car j'ai trouvé qu'on passait souvent d'un point de vue et d'une scène à une autre de manière trop abrupte, je ne sais pas comment exprimer ça mais j'avais l'impression d'être coupée dans mon élan à chaque fois. Et comme dit plus haut, ce qui m'a beaucoup manqué ce sont les émotions : j'ai eu énormément de mal à m'attacher aux personnages, qui sont finalement très peu développés. C'est notamment le cas du héros et de sa princesse, qui sont des personnages très linéaires et dont je n'ai pas partagé les sentiments. Cette froideur dans le récit convenait parfaitement aux cent premières pages, dans lesquelles les Faeders sont très présents, mais elle n'est pas adaptée pour la suite je trouve. 

Bref, je crois que vous l'avez compris, il y a du bon dans l'univers de ce roman, mais le reste n'a pas su me convaincre, me poussant à abandonner cette intégrale avant la fin, chose qui m'arrive assez rarement.


Si j'ai trouvé l'univers passionnant, l'histoire et les personnages n'ont quant à eux pas réussi à me convaincre : j'ai même abandonné la lecture un peu moins de deux cent pages avant la fin... J'ai eu du mal à m'attacher aux personnages, l'histoire d'amour m'a profondémment agacée, et l'émotion n'était pas là. Malgré tout, j'ai apprécié la plume de Fabrice Colin, qui sait être évocatrice et belle, retranscrivant avec talent la beauté de l'hiver :) Et je suis bien contente que l'auteur se soit attaqué à la mythologie nordique, car l'univers est très réussi et vaut le détour. Malheureusement ça n'a pas suffit pour moi, et je reste déçue de cette lecture.

5/10


Session #1

4/48

des tours

14 commentaires:

  1. ça me rassure, moi j'ai arrête 200 pages après le début... pas réussi à rentrer dans l'historei ni à m'attacher aux persos!

    RépondreSupprimer
  2. Un peu mon sentiment chaque fois avec Colin : y'a des trucs bien sympa, mais on s'en fout de ce qui se passe au final. Parfois ça passe mieux que d'autres (j'ai mieux aimé A vos souhaits que Bal de givre).
    Et alors que tu évoques des viols pour moi c'est rédhibitoire. Ras le bol de ce genre de ressort narratif. Trop facile, comme les histoires d'amour au premier regard. Enfin ça dépend comment c'est amené, ça peut être évoqué en réussissant à communiquer le sentiment d'horreur, on est pas obligé d'y assister directement. Mais en général c'est beaucoup trop employé pour justifier de la violence ("hey regardez comme c'est violent, y'a du viol"). Ce genre de thème me met mal à l'aise de base alors j'évite si je peux les livres qui le mettent en scène.
    Bref, je comptais déjà pas le lire, c'est définitif au moins ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très honnêtement, les scènes de viols dans ce roman ne m'ont pas particulièrement touchée, j'ai même été plutôt détachée à la lecture, alors que ça a pu être plus difficile pour moi dans d'autres romans. Et finalement, avec du recul, c'est assez étonnant qu'il y ait eu ce genre de scène, car ce n'est pas le genre de choses qu'on retrouve dans les autres romans de Fabrice Colin (du moins ceux que j'ai pu lire). Mais bon, les histoires de Dieux et de mythologie, ça inclus souvent des viols ou des relations bizarres entre frères/sœurs ou parents/enfants donc ce n'est pas choquant d'y avoir recours étant donné l'intrigue et l'univers de Winterheim.

      Supprimer
  3. Je suis allée jusqu'au bout du livre, et de manière générale j'en ressors avec une bonne impression. Cependant je suis une plutôt grande lectrice de contes et légendes, les ressorts un peu faciles ou les stéréotypes peuvent donc parfois très bien passer avec moi si rien d'autre n'est annoncé. De même, quand tu parles de violence, sexe, atmosphère sombre, etc. je repense à la Dark Fantasy, très en vogue ces derniers temps, mais que globalement je n'apprécie pas - mais je ne sais pas non plus si tu aimes plutôt ou plutôt pas ! J'ai tout de même, comme tu le dis, trouvé une certaine ambigïté dans ces récits qui varient du meilleur au pire, du plus poético-lyrico-romantique au carrément trash à certains moments. On n'est, je trouve, ni vraiment dans le conte ou l'épopée mythologique, ni dans de la Fantasy typique, mais quelque part entre les deux. Si je me place d'un point de vue mythologique, j'attends plus de grosses ficelles, car après tout la plupart des mythes se ressemblent pas mal et utilisent beaucoup de coïncidences, d'archétypes et de logiques parfois un peu absurde ou abusives. Par contre j'ai aussi trouvé des longueurs et des choses qui, selon moi, auraient pu être améliorées ou travaillées différemment - et j'imagine que ce livre un peu trop hybride ne va pas contenter tout le monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au début du roman, l'intrigue et le récit sont clairement à classer dans le mythologique selon moi, et ils correspondent très bien à ce que tu décris et à ce que l'on attend de ce genre là. Mais comme tu le dis, par la suite le roman part sur autre chose, puis revient à de la mythologie, puis s'en éloigne à nouveau, si bien qu'on ne sait plus trop à quoi s'attendre, et que les morceaux ne collent plus ensemble. La cohérence du tout n'est plus là, et les stéréotypes ne passent plus. D'autant plus qu'il y a des longueurs en effet.
      Sinon pour la Dark Fantasy, moi j'aime bien, même si à petites doses. Je ne pourrais pas lire uniquement de la Dark Fantasy, mais j'ai tendance à davantage apprécier les univers qui incluent une dose de violence ou une ambiance parfois sombre, parce que ça fait partie intégrante de la nature humaine et que ne pas l'intégrer dans un roman de fantasy, surtout s'il se place dans un univers médiéval, c'est à mon avis rater quelques chose dans son histoire.

      Supprimer
  4. Je n'avais pas beaucoup aimé non plus... Je l'avais terminé sans trop de problème, mais j'avais trouvé l'écriture changeante et l'histoire exagérée. La princesse était très stéréotypée et c'était difficile de s'attacher aux personnages et de se soucier de ce qui leur arrivait.

    RépondreSupprimer
  5. J'avais pu le finir à l'époque mais j'avais été très mitigée et comme toi, l'histoire d'amour m'avait plus énervée que plu. Je me souviens d'une scène de banquet assez chiante à lire, d'ailleurs. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je vois de quelle scène tu parles. Au début je me suis dit "ah c'est intéressant cette narration", j'avais déjà vu ça dans Non Stop de Frédéric Mars (c'était pas tout à fait pareil mais dans l'idée c'était similaire). Du coup je pensais que c'était fait pour souligner un moment d'action, un événement quoi. Mais non, tout ça pour un coup de foudre pas crédible pour un sou...

      Supprimer
  6. J'ai beaucoup de mal à accrocher aux romans de Fabrice Colin notamment à cause des points que tu souligne à propos des personnages : trop fades, trop froids... Je n'ai pas lu celui là mais du coup je pense pas que ce soit le bon pour me faire finalement apprécier l'oeuvre de cet auteur ^^'

    RépondreSupprimer
  7. J'avais déjà lu 2-3 avis mitigés sur ce bouquin qui m'avait fait penser que ce Colin n'était pas pour moi, ton avis entérine décidément ce fait.

    RépondreSupprimer
  8. Je suis d'accord avec ta chronique... Je n'ai pas été au bout de cette trilogie ... je me suis un peu ennuyée à vrai dire et comme ce fut ma première expérience de Colin, je n'ai jamais osé récidiver !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A vrai dire, je me demande si je vais récidiver un jour... J'ai déjà lu pas mal de ses livres, et j'ai souvent été déçue ou mitigée, donc je ne sais pas pourquoi je m'obstine ! Les résumés me font toujours envie...

      Supprimer
  9. A lire vos différents commentaires, j'ai l'impression qu'on y retrouve un des grands travers de Fabrice Colin qui provient certainement de son autre spécialité, les jeux de rôle.
    Un très bon univers, dépeint comme il faut, mais des personnages plats.

    Du coup, je vais m'attaquer à la lecture du premier tome. Pour le second, ça m'étonnerait ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'irai voir ce que tu en as pensé, mais oui, univers intéressant mais personnages plats c'est un bon résumé de ce qui m'a dérangé dans ce roman

      Supprimer