26 mai 2015

Fondation - Isaac Asimov

11 comments

Auteur : Isaac Asimov
Cycle : Fondation

Édition : Folio SF
Parution : 2009

Pages : 402
Prix : 6,40 €

Genre : Science-Fiction


E
n ce début de treizième millénaire, l'Empire n'a jamais été aussi puissant, aussi étendu à travers toute la galaxie. C'est dans sa capitale, Trantor, que l'éminent savant Hari Seldon invente la psychohistoire, une science nouvelle permettant de prédire l'avenir. Grâce à elle, Seldon prévoit l'effondrement de l'Empire d'ici trois siècles, suivi d'une ère de ténèbres de trente mille ans. Réduire cette période à mille ans est peut-être possible, à condition de mener à terme son projet : la Fondation, chargée de rassembler toutes les connaissances humaines. Une entreprise visionnaire qui rencontre de nombreux et puissants détracteurs...


G
râce au challenge destockage de PAL, je m'attaque enfin à un des grands classiques de la SF : le cycle de Fondation d'Isaac Asimov. Et c'est aussi mon premier Asimov ! Malheureusement, malgré des qualités certaines, cette lecture n'a pas réussi à me convaincre vraiment, ni à me donner envie de lire la suite de ce cycle.

Pourtant, le roman est fondamentalement intéressant dans son principe. Lire Fondation, c'est un peu comme lire un traité d'histoire, de sociologie, d'économie et de SF en même temps. Le récit commence par présenter le Dr Henri Seldon, fondateur d'une science nommée la psychohistoire. Cette science consiste à prévoir les événements et les grandes tendances de l'histoire d'une civilisation à l'aide des statistiques. C'est un peu comme un oracle ou un devin, mais avec des fondements scientifiques, qui se basent sur le calcul et les statistiques empiriques appliquées à une situation donnée. Ces théories ne sont valables que sur les grandes masses qui ignorent être l'objet de la psychohistoire, et ne fonctionnent pas sur les seuls individus. C'est sur cette base qu'Henri Seldon prévoit... la fin de l'Empire Galactique lui-même !

C'est de cette funeste prédiction que naît Fondation, une colonie créée par Henri Seldon en vue d'un projet de grande envergure pour l'humanité... et qui sera un terrain d'observation bien réel pour les théories de la psychohistoire. On suit ainsi le devenir de Fondation et de ses habitants depuis leur création jusqu'à plus de cent cinquante ans plus tard, au travers de quatre grandes périodes. 

Et c'est là que les défauts du roman commencent à apparaître. Ce premier tome n'est qu'une succession d'histoires indépendantes, liées uniquement par un fil conducteur : Fondation. Elles ont lieu à des époques différentes et ne mettent pas en scène les mêmes personnages. Ainsi, même si je comprend le choix de cette construction du récit pour démontrer ce que la psychohistoire a pu prévoir et comment la société de Fondation évolue, je regrette de n'avoir pas eu le temps de mieux connaître et apprécier chaque personnage. J'ai eu l'impression de lire une suite de nouvelles pas vraiment achevées et donc frustrantes, plutôt que de lire un vrai roman.

De plus, les enjeux sont trop "macro", c'est une partie d'échecs à grande échelle qui se joue, et malgré les énormes implications des événements, je ne me suis pas sentie concernée, à aucun moment je n'ai eu peur pour Fondation et pour les personnages. Ceux ci sont d'ailleurs souvent très sûrs de ce qu'ils font, ils n'hésitent jamais et tout se passe toujours comme ils l'avaient prévu, et selon le plan de Seldon, ce qui n'aide pas le lecteur à se sentir impliqué.

Il manque aussi énormément d'émotion... C'est plutôt bien écrit, comme une très bonne démonstration, mais le texte et les personnages sont froids, ils analysent tout et leurs actions sont toujours dictées uniquement par la tactique. Si celle-ci surprend souvent, je n'ai pourtant rien ressenti, que ce soit l'urgence des situations ou lors du dénouement de celles-ci. Bref, pour moi c'est un bon roman "théorique", mais en aucun cas un roman de divertissement. Et comme j'en avais peur, le roman à l'échelle de l'univers, sur fond de guerre intergalactique, ce n'est vraiment pas ma tasse de thé. Je ressors donc déçue de cette lecture, malgré des qualités qui plairont peut-être à certains, mais qui n'ont pas fonctionné avec moi.


Fondation fut mon premier Asimov mais ne m'a malheureusement pas totalement convaincue : l'idée principale du roman (la psychohistoire) est intéressante, et la démonstration réalisée par l'auteur à travers l'histoire de Fondation est réussie. Mais le récit ressemble plus à un traité scientifique et historique qu'à un roman de SF, et le morcellement de l'intrigue en une multitude d'histoires indépendantes m'a fait décrocher. J'aurais aimé passer plus de temps avec chaque personnage, me sentir plus impliquée dans les événements, et ressentir plus d'émotions à la lecture. Or, c'est tout l'inverse que propose Fondation : le récit est froid et beaucoup trop analytique à mon goût, les enjeux très globalisés et éloignés du lecteur, et on passe trop vite d'un personnage à un autre à chaque changement d'époque. En conclusion, malgré des qualités dans la rédaction et dans les idées, je n'ai pas eu l'impression de passer un moment divertissant et je sors donc déçue de ma lecture.

6/10


Un classique (de la SF)

21/48

10/26

de la fumée

11 commentaires:

  1. Ah oui Asimov est très scientifique dans tous ses écrits que j'ai pu lire jusqu'à présent, il a un style particulier. En même temps j'aime son sens de l'humour assez subtil mais néanmoins présent, et je m'attendais bien à quelque chose de ce style en le lisant (science, histoire, théorie, analyse...), donc je n'ai pas du tout été déçue. En fait j'aimerais trouver le temps de les relire car j'ai l'introduction au cycle, "Prelude to Foundation" de commencé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que je ne m'attendais pas à ça pour ma part (je ne sais pas vraiment à quoi je m'attendais, mais en tout cas à quelque chose de différent). En général, cet aspect très scientifique me gêne dans les romans de SF, et du coup maintenant j'hésite à lire autre chose de lui :/ (j'avais envie de lire le cycle des robots)

      Supprimer
  2. J'ai les 5 tomes du cycle dans ma PAL depuis mes 18 ans (cadeau d'un grand fan d'Asimov) et je pense me lancer cet été ! Ce ne sera pas ma première tentative avec l'auteur, vu que j'ai lu et apprécié 2 de ses romans "one-shot" alors j'espère que ça me plaira !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quels sont les deux one-shots que tu as lus et appréciés ?

      Supprimer
    2. Je viens de calculer que tu étais Niënor ! Tu es revenue sur la blogo ? Contente de voir que tu as du temps pour lire à nouveau :)

      Supprimer
    3. Revenue c'est vite dit ! ^^ Je lis beaucoup moins qu'avant (tellement lointain les 100 livres/an snif snif !), mais je n'ai jamais arrêté. :) Je vais essayer de reprendre quelques chroniques de temps en temps, mais la blogo a beaucoup changé donc je vais surtout continuer à lire les personnes que je suivais.

      Le changement de pseudo est trompeur, faut que je garde Niënor entre parenthèses quelques temps, mais je voulais en changer.

      Les 2 romans d'Asimov : Les dieux eux-mêmes (j'avais adoré, j'ai mis 19 sur Livraddict apparemment !) et La fin de l'éternité.

      Supprimer
  3. Dommage que cela ne t'ait pas plu ! C'est u cycle que j'avais moi même très envie de lire, mais je ne suis pas sûre d'accrocher plus que toi... Je tenterais peut-être Les robots d'abord !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voulais lire les Robots à la base, mais Thrr-Gilag m'a mis au défi de lire Fondation, et au final c'est une déception :( Mais bon, au moins j'ai essayé et je saurais maintenant de quoi on parle si ce cycle est évoqué dans une conversation^^

      Supprimer
  4. Ha dommage que tu n'es pas accroché plus que ça. Ma lecture de la saga remonte à loin et je ne me rappelle plus tellement à part que j'avais adoré ^^

    RépondreSupprimer
  5. C'est une série que j'aimerais bien lire, mais au fond j'ai peur de ne pas aimer. J'ai lu Hypérion de Dan Simmons, et mon opinion ressemblait à celle que toi tu as sur Fondation. Dans ce genre de séries, peut-être faut-il lire plus d'un tome pour embarquer dans l'histoire?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les différents retours qu'on m'a fait vont en effet dans ce sens : on me dit de lire les tomes 2 et 3 !
      J'ai Hypérion dans ma PAL (enfin c'était surtout pour mon homme qu'on l'avait acheté) et j'avoue que je n'ose pas me lancer dans cette lecture non plus car j'ai peur d'être déçue également...

      Supprimer