9 juin 2015

Aeternia, tome 1 : La marche du prophète - Gabriel Katz

6 comments

Auteur : Gabriel Katz
Cycle : Aeternia

Édition : Scrinéo
Parution : 2015

Pages : 374
Prix : 20 €

Genre : Fantasy


L
eth Marek, champion d'arènes, se retire invaincu, au sommet de sa gloire. Il a quarante ans, une belle fortune et deux jeunes fils qu'il connaît à peine. C'est à Kyrenia, la plus grande cité du monde, qu'il choisit de les élever, loin de la violence de sa terre natale. Lorsqu'il croise la route d'un culte itinérant, une étrange religion menée par un homme qui se dit prophète, l'ancien champion ignore que son voyage va basculer dans le chaos. À Kyrenia, où l'on adore la Grande Déesse et les puissants du Temple s'entredévorent, une guerre ouverte éclate entre deux cultes, réveillant les instincts les plus noirs. La hache de Leth Marek va de nouveau tremper dans le sang. Le plus violent des combats est celui que l'on mène contre ses propres croyances.


S
i Aeternia se déroule dans le même univers que le Puits des Mémoires, il peut se lire de manière totalement indépendante, car aucun lien entre les deux cycles n'est mis en avant par l'auteur, à part la ville de Woltan, dont on entend vaguement parler dans ce premier tome.

C'est donc dans l'inconnu que je me suis lancée avec La marche du prophète. Et pourtant, j'ai vite retrouvé le style plein d'humour de Gabriel Katz. Ainsi, le duo Leth Marek (un champion d'arènes en fin de carrière) et Desmeon (un beau jeune homme qui semble bien orgueilleux mais qui a peut être des raisons de l'être...), au départ improbable, devient finalement drôle et incontournable. Leurs échanges font souvent sourire et apportent une petite touche personnelle, propre aux romans de Gabriel Katz, et dont on ne se lasse pas :)

Cependant, cet humour très présent cache des sujets plus sérieux, comme le fanatisme religieux et l’attrait du pouvoir. L’auteur décrit ainsi une situation qui peut facilement être transposée dans notre société actuelle : la loi du plus fort est toujours d’actualité, et l’ambition justifie toutes les manœuvres, même (et surtout) au sein de l’ordre religieux ou des plus hautes arcanes du pouvoir. L’humour permet de faire passer la pilule et rend le roman des plus divertissant, malgré les thèmes graves abordés, et une bonne dose d’événements dramatiques et violents (il y a quelques têtes qui volent, et certains passages sont sanglants !). 

Gabriel Katz montre d'ailleurs bien le paradoxe de la violence : les personnages qui la pratiquent n’ont pas de remords à l’utiliser pour arriver à leurs fins. Néanmoins, ils se retrouvent confrontés à des situations où ils rejettent cette violence et cherchent à l’éviter, que ce soit Leth Marek, qui souhaite donner à ses enfants une vie loin de la fureur des arènes, ou Varian qui regrette l’utilisation de la violence dans le fonctionnement interne de l’ordre religieux, mais se voit contraint à l’utiliser lui-même pour arriver au sommet de ce même ordre…

On pourrait reprocher à l’auteur de caricaturer ses personnages, et ce reproche serait fondé. Leth Marek et Desmeon en sont l’exemple le plus flagrant, et pourtant, j’en viens à comprendre le choix (conscient ou non) de l’auteur. Finalement, avoir recours à ces personnages stéréotypés permet au lecteur de savoir immédiatement dans quoi il tombe, mais également de le surprendre, et surtout d’en rire ! Au final, malgré quelques défauts, le récit est ultra efficace et remplit parfaitement son office : proposer un bon divertissement au lecteur :)

Pour conclure, je ne m’étendrais pas en plaintes ou menaces de lynchage de l’auteur, mais je dois bien avouer que j’ai été surprise par les dernières pages du roman : la fin est un cliffhanger absolument horrible pour le lecteur, mais vous l’aurez compris, surprenante et très réussie. Soyez donc prévenus : une fois commencé, ce premier tome vous emmènera inéluctablement vers l’achat l’attente du tome 2…


Avec Aeternia, Gabriel Katz signe un nouveau roman de fantasy dans la même veine que le Puits des Mémoires : des personnages un peu caricaturaux, certes, mais aussi beaucoup d'humour et une grande aisance dans l'écriture. Et derrière le rire, des sujets sérieux qui prêtent à réfléchir, ainsi que quelques têtes qui volent^^ Tout ça dans un roman rythmé et divertissant, dont la fin pourrait en surprendre plus d'un ! Un bon premier tome, efficace et rafraichissant :)

8/10


23/48

6 commentaires:

  1. Bon je crois qu'il faut que je découvre cet auteur ! :)

    RépondreSupprimer
  2. Il me tente de plus en plus! Mais je veux pas le lire trop longtemps avant la sortie du deuxième tome, car il paraît que la fin est trop frustrante!!!!

    RépondreSupprimer
  3. Ah ! je sais qu'on a, toutes les deux, un petit faible pour cet auteur ;) ... J'avoue que cette histoire me fait beaucoup penser au sabre de sang de Thomas Geha, dont le premier tome finit aussi en cri d'horreur ... Je le note, mais j'attendrai peut-être que la suite sorte avant de me lancer dans cette série ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'auras pas très longtemps à attendre alors ;)

      Supprimer
  4. Ah, cet auteur est réputé pour ces cliffhangers dis donc... Je vais attendre la suite ! XD

    RépondreSupprimer
  5. Je ne savais pas qu'Aeternia était dans le même univers que Le puits des mémoires ! Je viens de finir le tome 2 et ça me donne encore plus envie de lire cette nouvelle saga.

    RépondreSupprimer