22 mars 2016

Métamorphoses - Samantha Bailly

2 comments

Auteur : Samantha Bailly
Cycle : Au-delà de l'Oraison

Édition : Bragelonne
Parution : 2014

Pages : 624
Prix : 25 €

Genre : Fantasy


D
ans la cité de Lyneroy, les commerces éclatants cohabitent avec les plus sombres marchés noirs…

Sonax a treize ans lorsque sa vie bascule. Jeune garçon androgyne destiné à suivre une voie marchande, il quitte tout pour le théâtre solaire, un lieu où il se découvre une nouvelle famille. Mais derrière la scène, entre faux-semblants et jeux de pouvoir, la réalité d'Hélderion n'a rien à envier aux drames qui se jouent sur les planches. Il ignore alors à quel point il va devoir apprendre à jouer un rôle en permanence, en découvrant les dangereuses coulisses de la cité la plus riche du royaume. Entraîné dans des intrigues politiques qui le dépassent, il sera changé en polymorphe, un être capable de modifier son apparence à volonté…

Car quel acteur n'a jamais rêvé de contrôler l'histoire au gré de ses métamorphoses ?


J
’ai lu Oraisons (à l’époque, le roman s’appelait Au-delà de l’Oraison) il y a plusieurs années, lorsqu’il était encore édité chez Mille Saisons, et j’en ai gardé un excellent souvenir. C’est d’ailleurs ce roman qui m’a fait découvrir la plume de Samantha Bailly. A l’époque, j’avais beaucoup aimé l’univers, et j’avais été très intriguée par certains personnages particulièrement mystérieux, dont Sonax. J’étais plus que ravie à l’idée d’en savoir plus sur lui, et le fait que l’auteur lui consacre un gros pavé m’a conforté dans l’idée que ce personnage avait beaucoup de choses intéressantes à nous apprendre.

De fait, lire Métamorphoses, c’est redécouvrir l’histoire d’Oraisons, vue sous un angle totalement inédit. Les événements d’Oraisons prennent un autre sens, et notre vision change sur certains personnages, à commencer par Nwinver et Sonax, mais pas seulement…

Ainsi, pour quelqu’un ayant lu Oraisons, Métamorphoses est un formidable prolongement de l’histoire. Il permet de se replonger dans l’univers, de l’explorer davantage, de se remémorer certaines scènes, de découvrir des tas de choses sur les personnages et l’intrigue d’Oraisons. C’est dans cette redécouverte et cette nostalgie d’Oraisons que l’on prend plaisir à lire ce roman, qui selon moi est indissociable de son prédécesseur.

La lecture est donc à déconseiller à un non initié à l’univers d’Oraisons : d’abord, parce que Métamorphoses spoile totalement l’histoire d’Oraisons, mais aussi parce que les nuances et la vision nouvelle apportées par Métamorphoses n’ont pas autant de sens si on les prend seules. Ce serait totalement passer à côté de quelque chose que de lire Métamorphoses en premier. Et j’ai même du mal à voir comment on pourrait réellement l’apprécier à sa juste valeur.

Si j’ai aimé cette lecture, j’y ai tout de même trouvé quelques longueurs, notamment dans la première partie du roman. Cela est dû au fait qu’il n’y a pas réellement d’histoire : on suit Sonax de son enfance jusqu’à la fin des événements se déroulant dans Oraisons. L’intrigue d’Oraisons se retrouve donc en filigrane du roman, c’est le fil conducteur, parce qu’il est intimement lié à la vie de Sonax et à sa rencontre avec Nwinver ; mais il n’y a pas d’intrigue à proprement parler. Et c’est le principal défaut du livre à mon sens. Cela ne nous empêche pas d’être surpris, captivé, curieux du destin de Sonax et du Jeu des Quatre Vents, qui m’avait tellement intrigué dans Oraisons… Mais il manque un petit plus à ce roman pour le rendre réellement parfait.

A contrario, la seconde partie du roman est plus rythmée, et même trop sur les derniers chapitres. J'aurais apprécié que la fin soit un peu moins rapide : les ellipses temporelles sont très importantes et se répètent à plusieurs reprises, ce qui donne l'impression que tout se dénoue en trop peu de pages, en comparaison de la première partie du roman qui, elle, tire un peu trop en longueur.

En conclusion, Métamorphoses répond entièrement aux attentes du lecteur d’Oraisons, et c’est une performance à saluer : je pense qu’il est très difficile de revenir dans un univers et de modifier la perception d’une histoire de cette manière. C’est un gros risque pris par l’auteur, et il est habilement relevé : l’ensemble n’en est que plus riche, et l’expérience pour le lecteur est unique


Un grand bravo à Samantha Bailly pour ce roman, qui réinvente avec intelligence l'univers et l'intrigue de son dyptique Au-Delà de l'Oraison : on y découvre les dessous de l'histoire, ainsi que le passé de nombreux personnages clés d'Oraisons, à commencer par Sonax, qu'on suit tout au long du roman, et Nwinver, qui y tient une place centrale. Si la lecture est à déconseiller à ceux qui n'ont pas encore lu Oraisons, elle répond en revanche entièrement aux attentes des lecteurs ayant déjà visité Heldérion. Malgré quelques petits défauts de rythme et quelques longueurs en début de roman, on reste scotché devant la performance de l'auteur, son inventivité et l'expérience nouvelle qu'elle parvient à apporter à ses lecteurs.

8/10

2 commentaires:

  1. Moi qui suis complètement passé à côté d'Oraison, je suis pas sûre d'apprécier et pourtant tu arrives encore à me tenter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas sûre que tu l'apprécies si tu n'as pas aimé Oraisons... Ce sont vraiment deux romans indissociables à mon sens.

      Supprimer