19 juillet 2016

La Conjuration primitive - Maxime Chattam

Leave a Comment

Auteur : Maxime Chattam
Cycle : Ludivine Vancker

Édition : Audiolib
Parution : 2014
Lu par : Sylvain Agaësse

Durée : 13 h
Prix : 24 €

Genre : Thriller


U
ne véritable épidémie de meurtres ravage la France. D'un endroit à l’autre, les scènes de crime semblent se répondre. Comme un langage ou un jeu. Plusieurs tueurs sont-ils à l’oeuvre ? Se connaissent-ils ? Très vite, l’hexagone ne leur suffit plus : l’Europe entière devient l’enjeu de leur monstrueuse compétition. Pour mettre fin à cette escalade de l’horreur, pour tenter de comprendre, une brigade pas tout à fait comme les autres, épaulée par un célèbre profiler. De Paris à Québec en passant par la Pologne et l’Ecosse, Maxime Chattam nous plonge dans cette terrifiante Conjuration primitive au cœur des pires déviances de la nature humaine.

Une voix qui met en scène avec brio l’horreur de cette histoire qui devient ainsi épouvantablement plausible…


V
oilà un paquet d'années que je n'avais pas lu du Maxime Chattam ! Certains de ses romans m'ont fait passer d'excellents moments, à une époque où je lisais pas mal de thriller, et puis j'ai fini par m'en lasser, peut-être parce que les mêmes thèmes sont abordés à chaque fois, mais sous un angle différent, avec une nouvelle intrigue. Mes dernières lectures de cet auteur ne m'avaient pas convaincues : la trilogie de l'Homme d'abord, Léviatemps ensuite. Mais j'ai eu envie de retenter l'expérience : j'y suis venue un peu par hasard, alors que je cherchais un audiobook. Je ne souhaitais pas prendre un classique, et ce thriller m'a paru pouvoir faire l'affaire.

Et il se trouve que j'ai pris plaisir à retrouver l'univers sombre de l'auteur :) Sans surprise, on retrouve dans la Conjuration primitive tous les thèmes chers à ses romans : la noirceur qui est en chacun de nous, la violence programmée dans nos cerveaux reptiliens, une évolution de l'Homme qui dépasse l'individu et qui fait trembler d'horreur... et cette question récurrente : "et si seul le Mal pouvait combattre le Mal ?", les romans de l'auteur mettant tous en scène un ou plusieurs criminologues qui doivent laisser entrer les ténèbres en eux pour mieux comprendre les criminels qu'ils traquent.

Cependant, j'ai trouvé ici que Maxime Chattam allait très loin dans l'horreur, dans le gore, et dans le degré de malignité de son intrigue et des adversaires auxquels doivent faire face les héros de son roman. Etant habituée à cette noirceur dans ses œuvres, je n'en ai pas été non plus choquée, mais cette escalade dans l'horreur est quand même à souligner. Je vois mal comment il pourrait aller plus loin encore... 

Mon regret sur ce point, c'est que l'auteur en fait parfois un peu trop (longues descriptions des horreurs subies par les victimes, avec moult détails) et rabâchait certains discours de manière un peu trop appuyée (rapport aux thèmes qui lui sont chers et qu'on retrouve dans tous ses romans). Cependant, les questionnements induits par son intrigue vont plus loin encore que la question du mal et de la violence programmée dans notre ADN; on touche aussi à ce qui définit la normalité et ce qui fait de notre société ce qu'elle est, ainsi que ce qui génère tous ces sociopathes, psychopathes et autres déviants.

Autre point que j'ai apprécié dans ce roman : l'alternance de points de vue entre les deux personnages principaux, Alexis et Ludivine. Et j'avoue que certains événements m'ont surprise, l'auteur a réussi à mettre de l'originalité dans son intrigue, et c'est appréciable. Au final, c'est donc une bonne lecture, et qui m'a donné envie de profiter un peu plus souvent du format audio : il permet de faire pas mal de chose tout en écoutant, et ça, j'apprécie grandement !


Dans la conjuration primitive, on retrouve tous les thèmes chers à Maxime Chattam : la noirceur de l'être humain, la violence programmée dans nos gènes, l'évolution inéluctable de l'Homme vers une société qui fait froid dans le dos... et toujours, des héros torturés par leurs démons, obligés de laisser les ténèbres les envahir pour mieux comprendre les tueurs qu'ils cherchent à arrêter. L'auteur va d'ailleurs très loin dans l'horreur et dans le gore, la conclusion de ce tome étant une fois de plus très sombre et laissant peu de place à l'espoir. L'auteur en fait parfois un peu trop dans le gore et insiste lourdement sur certains points, ce qui rend certains passages un peu longuets, ou tout du moins dispensables. Mais j'ai tout de même passé un bon moment avec ce roman, et j'ai beaucoup apprécié suivre Alexis, puis Ludivine au cours de leur enquête à travers l'Europe.

7,5/10

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire