14 octobre 2016

L'une rêve, l'autre pas - Nancy Kress

5 comments

Auteur : Nancy Kress

Édition : ActuSF
Parution : 2016

Pages : 160
Prix : 3,99 € (ebook)

Genre : Science-Fiction



«Docteur... savez-vous combien j’aurais pu accomplir en plus si je n’avais pas dû dormir toute ma vie ? »

Alors que deux jumelles viennent au monde, l’une d’elles a été génétiquement modifiée pour ne plus avoir besoin de sommeil. Chaque jour, elle dispose de huit à dix heures en plus pour vivre et découvrir le monde... Des heures qui feront aussi d’elle un être à part.
Dès lors, comment trouver sa place dans une société qui n’est plus la vôtre ?


L
a science-fiction que je préfère, c'est celle qui explore les possibles, soit en termes de société (ce qui donne des dystopies ou des utopies par exemple), soit en termes de biologie (avancées de la médecine). Et c'est précisément ce que propose Nancy Kress dans ce court roman : et si on pouvait modifier les gènes, et que la plus incroyable de ces modifications touche notre sommeil ? Que serait notre vie si nous n'avions pas besoin de dormir ? Et comment réagirait et s'organiserait la société face aux différences générées par ces modifications génétiques, accessibles uniquement à certaines catégories de la population, et impossible pour d'autres, obligés de se débrouiller avec leurs facultés "normales" ?

Ce sont toutes ces questions que l'auteur explore au travers de l'histoire de Lesha et d'Alice, deux sœurs jumelles au père multimillionnaire, qui dote sa fille d'une faculté qu'il aurait lui-même aimé avoir : ne plus avoir besoin de dormir. Sauf que seule Lesha porte cette modification génétique, sa sœur Alice étant une enfant normale.

Imaginez donc : sans toutes ces heures passées à dormir, vous pouvez travailler 24 heures sur 24 ! Avec ce supplément de temps et d'étude, les possibilités seraient énormes, l'intelligence aiguisée, le développement du cerveau et des capacités plus rapide. Un écart qui se creuse dès les premières années de l'enfance entre Lesha et Alice, et qui rend les relations familiales compliquées. Sans oublier l'alcoolisme de leur mère et le caractère de leur père, qui traite de manière très différente les deux jumelles...

Étonnamment, la relation entre les deux sœurs est très peu approfondie, ce qui m'a à la fois déstabilisée et un peu déçue. Ce qui est surtout abordé dans le roman, c'est l'évolution de Lesha dans ce monde peuplé majoritairement de "Dormeurs", et dans lequel les "Non-Dormeurs", au fur et à mesure qu'ils deviennent à la fois brillants dans tous les domaines mais également des personnages publics, sont peu à peu stigmatisés et rejetés. Une réflexion sur la différence et sur ce qui constitue le socle de la société : quelles sont nos obligations envers les autres ? Quelle attitude adopter face à plus faible ou plus fort que soi ? J'ai souvent pensé aux X-mens lors de ma lecture, d'autant que certains se désignent eux-mêmes comme des "mutants". Cependant, si certains éléments abordés sont communs avec ceux développés dans les X-mens, d'autres s'en éloignent et proposent des pistes de pensée différentes et plus creusées.

Malheureusement, malgré la réflexion de fond très intéressante, je n'ai pas vraiment réussi à m'attacher aux personnages et à leur destin, bien que le roman ne se déroule pas sans drames et situations tragiques. Je remarque que c'est quelque chose qui me manque souvent dans la science-fiction : si j'apprécie le propos, j'ai pourtant besoin de me sentir proche des personnages, et souvent, j'y arrive bien mieux en Fantasy qu'en SF; c'est bien dommage !

De même, la fin très ouverte m'a franchement frustrée : j'ai eu la sensation d'être coupée en plein milieu de l'action. Car les dernières pages sont très importantes dans le développement du personnage principal, Lesha : ils sont une véritable prise de conscience pour elle. Pour moi, cette révélation sonne plus comme un nouveau commencement, et j'aurai aimé que l'auteur continue et nous parle davantage de ce que va devenir le Sanctuaire, et comment les Non-Dormeurs, et plus particulièrement Leisha, vont évoluer dans ce contexte.

Dernier petit bémol, c'est celui d'avoir détourné la faculté de ne pas dormir pour attribuer aux Non-Dormeurs d'autres capacités "extraordinaires" (je n'en dis pas plus pour ne pas spoiler) : certes, cela déclenche un certain nombre d'événements qui permettent de faire avancer l'histoire et la réflexion de fond ; cependant, j'ai trouvé l'artifice un peu trop gros et déjà vu, d'autres auteurs de science-fiction s'étant déjà étendu sur ce sujet. Mais ce n'est qu'un détail, car au fond, Nancy Kress nous propose une réflexion intéressante et d'actualité.



L'une rêve, l'autre pas est un roman de science-fiction très court qui aborde le sujet de la différence ainsi que celui de la place de chacun dans la société. Les thèmes évoqués rendent la lecture intéressante, bien que j'aie eu du mal à m'attacher aux personnages. J'ai également été déçue de ne pas voir la relation entre les deux sœurs davantage développée, et la fin très ouverte et un peu abrupte m'a laissée sur un sentiment d'inachevé. Malgré ces quelques bémols, cela reste une bonne novella dont le sujet est traité de manière intelligente à travers l'histoire de Lesha.

7/10

5 commentaires:

  1. Le sujet est très intéressant, mais ton avis m'a refroidie ^^ Le fait qu'il y ait peu de pages est déstabilisant je trouve, surtout dans le genre de la SF qui demande pas mal de développements explicatifs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le coup, je ne suis pas forcément d'accord : je pense qu'il est possible d'écrire de la SF sans recourir à de longues explications sur les postulats scientifiques qui constituent la base de l'histoire par exemple. Tout comme on peut écrire de la fantasy sans forcément passer par une saga de 10 bouquins : un univers peut-être très riche sans pour autant être décrit en détail dans le texte. Ce sont vraiment deux choses différentes à mon sens, et cela dépend aussi beaucoup du style d'écriture de l'auteur.
      En tout cas, ce n'est pas l'aspect court de ce roman qui m'a dérangée (si ce n'est la fin un peu abrupte), mais plus mon manque d'empathie avec les personnages, ce qui m'arrive souvent en SF malheureusement !

      Supprimer
  2. Il est vrai qu'avec un roman qui s'affiche d'emblée centré sur les deux sœurs, il est vraiment étonnant que la psychologie des personnages ne soit pas davantage exploitée, et en premier lieu la relation entre les deux sœurs. Étant donné sa taille je pense que je le lirai à l'occasion, le principe de ce bouquin restant intéressant.
    Pour ce qui est du problème général du manque d'approfondissement des personnages en SF, ce constat se vérifie effectivement sur pas mal de bouquins. Certains auteurs y échappent. Je pense à Vonarburg, Priest et Ken Liu par exemple. Avance Rapide (Michael Marshall) que j'ai chroniqué cet été pourrait te plaire de ce point de vue (c'est un coup de cœur de Xavier, qui l'avait lu il y a longtemps) et la taille du bouquin est correcte (378 pages).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je l'ai bien noté celui-là, mais vu la taille de ma pile à lire, je vais attendre un peu (surtout avec les Utopiales qui arrivent^^)

      Supprimer