14 décembre 2016

Les Habitants du Mirage - Abraham Merritt

1 comment

Auteur : Abraham Merritt

Édition : Callidor
Parution : 2015

Pages : 350
Prix : 20 €

Genre : Fantasy



A
u cœur des à-pics glacés et des neiges éternelles de l’Alaska, Leif découvre une étrange vallée que le temps semble avoir oubliée. Il y rencontre la belle Evalie, mais aussi la sorcière Lur, une guerrière redoutable qui reconnaît en lui l’incarnation d’un grand roi du temps jadis : le terrible Dwayanu. Et bientôt, celui-ci surgit des ombres de son inconscient, s’emparant de l’esprit de Leif… Il va pourtant falloir faire face, car la guerre fait rage à présent. Mais comment sauver Evalie et son peuple, alors qu’il est lui-même habité par leur plus grand ennemi ?


J
'ai découvert cette collection chez Gibert Joseph, qui l'avait mise en avant, et qui a attiré mon œil. Quelques mots à ce sujet : cette collection a pour objectif la réédition d'auteurs précurseurs des genres de l'imaginaire, en particulier de la fantasy, et qui ne sont plus publiés en France depuis des lustres, voire qui n'ont jamais été publiés.

Et, premier point positif, au-delà de la démarche très appréciable, l'éditeur met beaucoup de soin dans ses ouvrages : belles couvertures, qualité du papier et de l'impression sont au rendez-vous. L'ouvrage que j'ai lu est même parsemé d'illustrations qui sont du plus bel effet (je ne sais pas si c'est le cas de tous les romans de la collection).

Après, sur le contenu, je suis un peu moins emballée. Je ne m'attendait à rien de particulier, mais je n'ai pas été pour autant particulièrement enchantée de la découverte. Pourquoi ça ? Parce que ce roman est une sorte l'ancêtre de l'heroïc fantasy, et que si j'ai pu fortement apprécier ce genre à un moment donné, je pense qu'il ne m'attire plus, je m'en rend compte à la lecture de ce roman. Or, on retrouve bien ici ce qui caractérise l'heroïc fantasy, et même avec des points très positifs comme le fait que les femmes ont un rôle important dans l'histoire et sont loin d'être des potiches ou des princesses en danger. Le rythme du récit est assez soutenu, les scènes et les péripéties s'enchaînent, et pourtant...

Pourtant, je dois bien avouer que je me suis un poil ennuyée à la lecture : ce qui s'est passé, c'est que j'ai eu du mal dès le départ à cerner le fil directeur de l'intrigue. Alors oui, il y a l'effrayant Khal'kru, oui il y a le mystérieux Dwayanu, mais sinon ? Où tout cela emmène les personnages principaux ? Quels sont les enjeux pour eux ? Leur quête ? Ces différents éléments ne sont pour moi pas assez clairs dès le départ, et restent flous tout au long du roman. J'ai eu un peu l'impression que le personnage principal se laissait porter par les événements et restait très spectateur, ce qui m'a empêchée de me plonger vraiment dans son histoire et de ressentir les enjeux de ce qu'il vivait. Même les passages un peu dramatiques ne m'ont fait ni chaud ni froid :-\

Clairement, cela a entaché ma lecture, alors que n'ai adoré certains choix de l'auteur, que ce soit sur le bestiaire et l'univers en lui-même (une sorte de Kraken érigé en Dieu du Vide, une Sorcière ayant des liens très forts avec une meute de loups, l'existence du Mirage, etc.), sur les questionnements soulevés par le héros (notamment concernant la religion), ou encore la fin originale. En effet, l'auteur a initialement écrit une fin qui n'est pas la plus joyeuse, et son éditeur lui avait donc, à l'époque, demandé de la réécrire pour qu'elle soit plus adaptée aux attentes du public. Et c'est très intéressant de voir ces deux fins, celle choisie par l'éditeur, et la fin alternative préférée par l'auteur. Cela permet d'une part d'appréhender le travail d'écriture et les demandes éventuelles que peut faire un éditeur, mais cela permet aussi et surtout de saisir un peu de la personnalité de l'auteur et de ce qu'il aurait aimé faire avec sa fin alternative (la meilleure selon moi d'ailleurs).

En fait, l'ensemble est intéressant à lire pour le travail éditorial et la recherche derrière cette publication. Mais pour le texte en lui-même, je n'ai pas réussi à l'apprécier seul.



Ce roman permet de découvrir un des précurseurs de l'heroïc fantasy, dans un bel écrin illustré, et avec deux fins : la fin "officielle", et une fin alternative, préférée par l'auteur mais non publiée à ce jour. Ainsi, Les Habitants du Mirage reprend tous les codes du genre et bien plus encore : on y trouve un bestiaire fabuleux (sans Elfes, ni Orcs), un Dieu du Vide effrayant, une guerre, quelques pouvoirs magiques, et de belles femmes qui sont loin d'être là juste pour faire de la figuration. Beaucoup de points positifs, mais qui ne m'ont pas suffit pour apprécier ce roman : je me suis sentie en dehors des enjeux dès le départ, et j'ai trouvé le personnage principal bien trop spectateur de son destin. J'ai apprécié découvrir le travail éditorial qui a donné naissance à cette collection, ainsi que l'objet livre en lui-même, mais l'intrigue m'a malheureusement laissée assez froide.

6/10

1 commentaire:

  1. Cette lecture me tente beaucoup. D'abord, comme tu le dis, l'ouvrage à l'air magnifique et ensuite pour découvrir l'auteur et son bestiaire. Je note la référence !

    RépondreSupprimer