7 février 2017

Le jour où je suis partie - Charlotte Bousquet

2 comments

Auteur : Charlotte Bousquet

Édition : Flammarion Jeunesse
Parution : 2017

Pages : 185
Prix : 13 €

Genre : Contemporain, Jeunesse


T
idir rêve de liberté. Courageuse et déterminée, elle quitte son petit village près de Marrakech pour participer à la marche des femmes à Rabat. Au cours de son périple, la jeune femme doit faire face au mépris des gens et apprend à assumer son statut de femme libre.



C
'est par curiosité que j'ai commencé cette lecture : les nouvelles que j'ai pu lire de Charlotte Bousquet, toujours en fantasy, m'ont rarement emportée totalement. Pourtant, quand j'ai lu Si j'étais un rêve en 2015, j'ai adoré. Je pense donc que je préfère profiter de Charlotte Bousquet pour faire des incursions en littérature "blanche" plutôt qu'en fantasy :-)

Cette fois, ce n'est pas un coup de cœur, mais j'ai bien reconnu la plume de l'auteur, à la fois engagée et avec une sensibilité toute féminine. Et il s'agit bien ici de parler des femmes et de leur statut, qui reste très précaire dans de nombreux pays encore aujourd'hui. L'auteur ne se contente d'ailleurs pas de dénoncer ce qui se passe dans les pays comme le Maroc, mais montre aussi que, par certains côtés, le monde occidental - dont la France - a encore du chemin à faire de ce côté là...

Ce qui est assez frappant, c'est que ce que décrit l'auteur, c'est vraiment ce qui se passe aujourd'hui au Maroc. J'ai quelques amis marocains, et je peux vous assurer que certaines situations du roman, j'ai pu les constater par moi-même lorsque je suis partie en vacances dans leur pays à leurs côtés : les touristes sont traités différemment des marocains, si bien qu'en général, en tant que français en visite, on ne se rend compte de rien !

J'ai trouvé le roman un peu trop court, mais il est construit comme une tranche de vie, il raconte le choix de Tidir, l'héroïne. Celui de se battre pour ses droits, d'utiliser les outils qui sont à sa portée pour faire avancer les choses. Quitte à prendre des décisions difficiles, à s'engager dans un chemin sans retour possible. C'est l'histoire d'un cheminement, d'une jeune fille malheureuse et en deuil, qui va se reconstruire et devenir plus forte, pour finir femme assumée et pleine d'espoir. C'est aussi l'histoire de plusieurs rencontres, des gens qui vont aider l'héroïne et lui montrer que les choses peuvent changer, mais aussi d'autres qui lui mettront des bâtons dans les roues et essayeront de la rabaisser... Autant d'épreuves que l'héroïne devra surmonter pour aller vers l'inconnu et défendre ses convictions.

Et pourtant, malgré le thème de ce roman et un récit tourné vers l'émotion, je n'ai pas été touchée très profondément par l'histoire. La brièveté du récit ne permet pas de développer véritablement le sujet ni la psychologie de l'héroïne, son évolution au cours de son voyage, la société qui l'entoure, les gens qu'elle croise sur son chemin. Tout semble donc aller un peu trop vite, et le périple de Tidir semble un peu trop facile : c'est un voyage dangereux qu'elle entreprend, mais elle tombe assez vite sur les bonnes personnes et traverse sans véritables difficultés le pays. Dommage, car l'auteur aurait pu aller un peu plus loin, et quelques pages supplémentaires auraient pu permettre de remplir cet objectif sans pour autant ajouter de longueurs dans le récit. 



Le jour où je suis partie est un roman très actuel qui nous rappelle que, même dans notre monde moderne, la femme doit encore se battre pour ses droits et pour faire entendre sa voix, y compris dans des pays proches de la France comme le Maroc. Même dans le monde occidental, les acquis des femmes sont récents, et les choses sont encore loin d'être parfaites ! Une belle leçon de vie qui nous mène aux côtés d'une jeune marocaine en révolte contre ces modes de pensée, qui ont conduit sa meilleure amie à la mort... et qui la poussent à affirmer ses convictions, même si cela signifie perdre le soutien de sa famille. Un joli récit qui fait réfléchir, même s'il m'a beaucoup moins marqué que d'autres écrits de l'auteur. Un roman un peu plus long, développant davantage le voyage de Tidir, aussi bien physique qu'intérieur, aurait pu apporter plus d'émotion et rendre la lecture encore meilleure.

7/10

2 commentaires:

  1. Un roman féministe ! Intéressant, merci, je note !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai fini ce roman il y a quelques semaines, et j'avoue avoir été agréablement surprise. La brièveté du récit ne m'a pas gênée, je trouve au contraire qu'elle donne envie de se documenter davantage sur cette marche et sur les différentes personnalités que la narratrice évoque. Et, comme tu le dis, c'est un roman actuel, qui nous rappelle avec justesse que la place de la femme dans nos sociétés n'est pas encore pleinement acquise. Au-delà même de cet aspect, j'ai aimé que l'auteure ouvre aussi la réflexion sur d'autres formes d'inégalités - comme le mépris des citadines aisées pour la paysanne qu'est Tidir.
    Bonne soirée à toi !

    RépondreSupprimer