11 février 2017

Orange - Ichigo Takano

1 comment

Mangaka : Ichigo Takano
Cycle : Orange (5 tomes - série terminée)

Édition : Akata
Parution : 2014/2016
Prix : 7,95 € par tome

Genre : Manga, Shojo


U
n matin, alors qu'elle se rend au lycée, Naho reçoit une drôle de lettre… une lettre du futur ! La jeune femme qu'elle est devenue dix ans plus tard, rongée par de nombreux remords, souhaite aider celle qu'elle était autrefois à ne pas faire les mêmes erreurs qu'elle. Aussi, elle a décrit, dans un long courrier, les événements qui vont se dérouler dans la vie de Naho lors des prochains mois, lui indiquant même comment elle doit se comporter. Mais Naho, a bien du mal à y croire, à cette histoire… Et de toute façon, elle manque bien trop d'assurance en elle pour suivre certaines directives indiquées dans ce curieux courrier. Pour le moment, la seule chose dont elle est sûre, c'est que Kakeru, le nouvel élève de la classe, ne la laisse pas indifférente…


S
i vous lisez un peu des mangas, j'imagine que vous avez déjà entendu parler de cette série en cinq tomes qui a connu un grand succès au Japon (une version anime est d'ailleurs prévue). Si ce n'est pas le cas, je suis ravie de vous la faire découvrir, même si je ne partage pas l'engouement général autour de cette série.

Pourquoi ça ? Tout simplement parce que l'héroïne m'insupporte... Je lis rarement des shojo (mangas pour filles, souvent tournés vers la romance et les récits tranche de vie d'écolières japonaises), et avec Orange, j'ai eu l'impression de retrouver tous les clichés de l'héroïne de shojo, ce qui m'a justement rappelé pourquoi je n'en lisais quasiment jamais... Non pas que les shonens (mangas pour garçons souvent tournés vers l'action, le dépassement de soi et la camaraderie) ne possèdent pas leur lot de stéréotypes agaçants, mais disons que ceux des shojos m'insupportent un peu plus, parce qu'ils véhiculent une image de la fille qui ne me plaît pas du tout... Et c'est pour ça aussi que je coupe la poire en deux et quand je peux, je lis des seinen (mangas plus sombres et plus adultes)^^

L'héroïne représente donc tout ce qui m'agace au plus haut point : déjà au départ, elle a des regrets par rapport à ses années lycée, et décide d'envoyer une lettre dans le passé pour prévenir la jeune fille qu'elle était et essayer de changer le cours des choses. Certes, le but est louable, puisqu'il est de sauver la vie d'un de ses anciens camarades de classe. Mais bon, une fille qui passe sa vie à regretter, alors que ce qui est arrivé n'est pas vraiment de sa faute, ça m'agace un peu (je ne dis pas que ça ne m'est jamais arrivé hein^^).

Ensuite, elle passe son temps à pleurnicher sur son sort, sur ce qu'elle a bien fait ou pas, à se dire qu'elle aurait dû dire ou faire ceci ou cela... C'est une jeune fille comme on l'a sûrement toutes un peu été à un moment donné : timide, maladroite dans ses tentatives amoureuses, voire complètement gauche quand elle rate les meilleures occasions de déclarer sa flamme ou qu'elle semble aveugle alors que ce qui se passe dans la tête du garçon en question se voit comme le nez au milieu de la figure... et qu'elle gâche lamentablement les moments les plus romantiques. Bref, cet apitoiement constant sur soi-même et la gaucherie caractérisée de l'héroïne m'ont hérissé le poil à plus d'une reprise. Bien sûr, on n'a pas toutes été de supers nanas hyper à l'aise quand on était au lycée, on n'a pas toutes fait toujours les bons choix au bon moment ou eut les bons comportements. On peut donc s'identifier à l'héroïne, la trouver touchante dans sa naïveté, dans son envie de bien faire les choses malgré tout. Mais trop de naïveté et de la maladresse à outrance, ça devient moins intéressant je trouve...

Mais passons à ce qui m'a plu : c'est celle de ces lettres que l'on pourrait s'écrire à soi - même. Si on en avait la possibilité, qu'écririons nous ? Et choisirions nous d'écrire cette lettre, d'abord ? Et si on décidait de l'envoyer, et que notre moi du passé la lisais et décidait d'appliquer tout ce qu'on lui disais, pourrait-on vraiment changer le cours des choses ? Et serait-ce pour le meilleur ? Je veux dire, faut-il vraiment changer le passé si on en a la possibilité ?

Toutes ces questions, je me les suis posées à la lecture, mais je ne suis pas sûre que cela ait été le but de l'auteur ni que beaucoup de lecteurs se soient penchés dessus. Et justement, j'aurai aimé que la mangaka aille plus loin sur les questions que soulèvent ces lettres, sur l'impact que cela implique sur le présent et le futur, sur les interrogations que ça peut amener autour des personnages et de leurs choix, etc. Il y avait matière à faire plus sur le sujet que ce que le mangaka a proposé; il a choisi de se concentrer sur d'autres aspects de son histoire.

Malgré tous les bémols que je viens de poser, cela reste un manga touchant qui parle de sujets difficiles comme le suicide. C'est un manga à la fois triste et plein d'espoir, parce qu'il parle de personnages profondément bienveillants, qui cherchent à aider un de leurs camarades, et qui font tout ce qui est en leur pouvoir, jusqu'à sacrifier un peu de leur bonheur, pour sauver leur ami de lui-même. Et je dois bien avouer que la fin m'a bien plu :)



Orange est un manga touchant qui aborde des sujets difficiles de manière intelligente. L'idée de pouvoir envoyer des lettres à notre moi du passé est intéressante, tant sur le plan psychologique et son impact sur les personnages que pour la réflexion qu'il peut amener sur le temps. Malgré ces points positifs, j'aurai aimé que la mangaka aille plus loin encore dans ces réflexions, et surtout qu'elle ne tombe pas dans le travers du shojo : l'héroïne est tellement naïve et gauche que cela en devient profondément agaçant... Un aspect qui m'a refroidie à de nombreuses reprises pendant ma lecture.

7/10

1 commentaire:

  1. J'ai beaucoup aimé cette série :) Une très bonne découverte et je vais suivre la mangaka !

    RépondreSupprimer