11 mars 2017

Sénéchal - Grégory Da Rosa

4 comments

Auteur : Grégory Da Rosa
Cycle : Sénéchal

Édition : Mnémos
Parution : 2017

Pages : 320
Prix : 19,50 €

Genre : Fantasy


«
Sénéchal, la ville est assiégée ! »

Telle est la phrase que l’on m’a jetée sur le coin de la goule. Depuis, tout part à vau-l’eau. Oui, tout, alors que ce siège pourrait se dérouler selon les lois de la guerre, selon la noblesse de nos rangs, selon la piété de nos âmes. Nenni.

Lysimaque, la Ville aux Fleurs, fière capitale du royaume de Méronne, est encerclée et menacée par une mystérieuse armée. Et pour le sénéchal Philippe Gardeval, ce n’est que le début des ennuis. Suite à l’empoisonnement d’un dignitaire de la cité, il découvre que l’ennemi est déjà infiltré au sein de la cour, dans leurs propres rangs ! Sous quels traits se cache le félon ? Parmi les puissants, les ambitieux et les adversaires politiques ne manquent pas ; le sénéchal devra alors faire preuve d’ingéniosité pour défendre la ville et sa vie dans ce contexte étouffant d’intrigues de palais.


S
i vous avez aimé Le Bâtard de Kosigan de Fabien Cerutti, nul doute que vous aimerez Sénéchal, car les deux romans sont de la même veine.

Le récit prend place dans un Moyen-Âge où la magie et les arts occultes existent, même s'ils ne régissent pas le monde comme dans une fantasy à la Tolkien. L'auteur nous plonge au cœur de son univers en quelques pages : on s'y croirais ! Entre le langage moyenâgeux, qui ne perturbe pas du tout la lecture (même si son utilisation est inégale), et les premières scènes entre combats et complots, le lecteur est tout de suite à l'aise dans cet univers (en tout cas, cela a été mon cas^^). 

Mais ce qui fait l'attrait de ce roman, c'est avant tout son personnage principal : récit à la première personne, Sénéchal raconte des événements historiques, du point de vue d'un seul homme. Philippe Gardeval, Grand Sénéchal du royaume de Méronne, est le narrateur, et il nous raconte les attaques perpétrées contre le roi Edouard, dont il est un ami proche et un conseiller. On prend ainsi part aux événements, et on apprend peu à peu à connaître le Sénéchal. Au départ, il semble comme les autres. Mais bien vite, on le voit douter, on le voit trembler devant l'envahisseur, réfléchir mais pourtant se faire piéger. Son passé est peu à peu expliqué, avec son lot d'erreurs et de réussites. C'est donc un roman plutôt intimiste et introspectif, contrairement à ce que pourrait laisser penser la quatrième de couverture. Personnellement, ça ne m'a pas posé de problème particulier, même si je m'attendait à un peu plus d'action.

La trame du récit se concentre donc sur une guerre avec le royaume voisin, impliquant la religion, très présente dans le roman. Tout au long de l'histoire, une question demeure : qui est le traître qui tente d'assassiner le roi Edouard et de précipiter la chute de la ville ? Et quelles sont ses motivations ? Comment Philippe de Gardeval va-t-il se sortir de cette situation ? Quelles surprises nous réserve l'auteur ? Car des surprises, l'auteur nous en a réservé de belles sur la fin du roman, qui se termine par... un crime envers ses lecteurs !! Car qui peut laisser ses lecteurs aussi désemparés, si ce n'est un grand sadique ?? xD Oui monsieur Grégory Da Rosa ! Si vous pensiez que Gabriel Katz détenait la palme du plus horrible cliffhanger, je pense que Sénéchal vient le détrôner.

Et c'est aussi un peu le défaut du roman : même si j'ai été happée par la lecture, il faut bien avouer qu'il se passe peu de choses, et que j'ai eu le sentiment que l'histoire ne commençait véritablement que dans les derniers chapitres... voir carrément par cette fin si frappante ! Par ailleurs, l'éditeur n'a jamais annoncé que Sénéchal était le premier tome d'une série, et si je ne m'en offusque pas trop, je pense que certains lecteurs seront déçus de découvrir la supercherie... 

Je suis sortie un peu frustrée de cette lecture, parce que l'intrigue reste très légère pour le moment, et l'univers assez classique. Pourtant, j'ai accroché au personnage et à ce que l'auteur propose, mais j'aimerais maintenant que Grégory Da Rosa aille un peu plus loin, avec une intrigue un peu plus complexe, et en développant aussi les autres personnages secondaires. Je rempilerai donc avec plaisir pour le tome suivant pour voir de quoi il retourne, et je dis bravo à l'auteur pour ce premier roman prometteur :)

Sénéchal est un premier roman à l'univers et au vocabulaire moyenâgeux assez classique, avec une intrigue simple, mais qui parvient à captiver son lecteur. Ce récit à la première personne nous emmène aux côtés de Philippe Gardeval, vaillant combattant, Grand Sénéchal du Royaume de Méronne et ami du roi. Au travers de ses pensées et de ses confessions sous forme de journal, on le découvre en proie aux doutes, aux regrets et à la peur, et on s'attache à ce personnage qui se révèle au fil des chapitres. Car contrairement à ce que le synopsis laisse croire, Sénéchal est un roman intimiste qui se déroule en huis clos; les combats qui se jouent ne sont pas ceux que l'on croit, loin du fracas des épées et des batailles rangées. La fin offre un cliffhanger magistral, qui révèle le gros point noir du livre : ce n'est pas un one-shot, alors que rien ne le laisse penser sur la quatrième de couverture... Mais malgré ses petits défauts, c'est un premier roman réussi et prometteur. Si ses influences, mises en avant par l'éditeur, se ressentent fortement, l'auteur n'a pas pour autant à rougir de ses débuts en fantasy :)

8/10

4 commentaires:

  1. Belle chronique et je suis assez d'accord avec toi dans l'ensemble ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans l'ensemble, cela veut dire que pour certains points, tu n'es pas d'accord ? Ça m'intéresse :)

      Supprimer
  2. Il est dans ma pal et j'ai adoré Le batard de Kosigan, c'est de bonne augure ! J'avoue par contre que la fin me fait un peu peur, vous êtes tous unanimes sur le sadisme du Monsieur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors là oui, je ne vais pas mentir, le sadisme de l'auteur n'est pas un mythe xD
      Le personnage de Sénéchal n'est pas tout à fait le même genre que Kosigan, mais le style du roman est assez similaire. Je pense que tout le monde est unanime là dessus :)

      Supprimer