23 avril 2017

La Faucheuse, Tome 1 - Neal Shusterman

4 comments

Auteur : Neal Shusterman
Cycle : La Faucheuse

Édition : Robert Laffont
Parution : 2017

Pages : 493
Prix : 18,90 €

Genre : Science-Fiction, Jeunesse


Les commandements du Faucheur :
Tu tueras.
Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.
Tu accorderas une année d'immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
Tu tueras la famille de ceux qui t'ont résisté.


J
e suis devenue très attachée à cet auteur depuis que j'ai lu sa série des Fragmentés. Et si L'Eternéant ne fut pas le même coup de coeur, il m'a rappelé l'inventivité de cet auteur, qui ne cesse de surprendre !

Dans la même lignée, La Faucheuse est un premier tome audacieux, basé sur une idée peu exploitée en science-fiction, et vue sous un angle totalement novateur. Imaginez que l'homme ait vaincu la mort, la maladie et la vieillesse. Que l'on puisse être ressuscité quoi qu'il arrive (sauf pour une mort par les flammes), et que l'on puisse rajeunir à l'âge que l'on souhaite et quand on le souhaite (tout ça contre une somme d'argent bien évidemment^^). Imaginez que le niveau de vie moyen permet à tous de s'offrir ces deux possibilités, et qu'il n'y a plus d'inégalités significatives entre les hommes. Que se passerait-il ? Je vous le donne en mille : il faudrait réguler la croissance de la population. Car si plus personne ne meurt de mort naturelle, et que tout le monde continue à faire des enfants, il se pose vite un problème de place et surtout d'épuisement des ressources.

C'est dans ce cadre que se place ce roman, et c'est un terrain particulièrement fertile pour amener des réflexions qui résonnent avec notre situation actuelle. D'autant plus que dans le monde imaginé par Neal Shusterman, le cloud s'est transformé en intelligence artificielle dotée à la fois du savoir et de la sagesse. Les hommes ont alors décidé de déléguer la gestion de la société à cette entité toute puissante mais bienveillante : le Thunderhead. Pour le moment, le roman ne présente pas cette entité comme une menace, mais bien comme une IA respectueuse et qui cherche uniquement le bien de l'humanité. Néanmoins, la présence du Thunderhead pose question et le lecteur ne tarde pas à s'interroger à son sujet : quelle est son origine, comment a été prise cette décision et comment s'est déroulée sa mise en oeuvre ? Quels sont les risques et les dérives possibles ?

Cependant, le coeur du roman se trouve dans la profession de faucheur : une communauté d'hommes qui sont hors du champ d'action du Thunderhead, et dont l'existence est dédiée à jouer le rôle de la Mort. Mais les faucheurs sont loin d'être de simples tueurs : afin de simuler l'effet de la mort naturelle, ils doivent respecter un nombre fixe d'individus "glanés" et les choisir avec impartialité, en respectant certains quotas issus de statistiques. Etant la seule communauté à se gérer seule, sans le Thunderhead, la politique a encore cours, et des désaccords de méthode font rage entre plusieurs d'entre eux.

Et c'est là que l'auteur fait preuve de génie : non seulement il met en place un univers inventif et pousse le lecteur à réfléchir sur des sujets d'actualité, mais en plus il le rend attractif et y glisse de nombreux rebondissements. On suit ainsi deux apprentis faucheurs, qui vont d'une part prendre réellement conscience du rôle de cette communauté, de sa lourde tâche et du poids des responsabilités qui vont avec. Et d'autre part, ces deux apprentis vont se retrouver mêlés aux conflits qui déchirent la communauté des faucheurs. Entre roman d'apprentissage, science-fiction et action, on ne s'ennuie pas une seule seconde ! Le récit est rythmé par de nombreuses surprises, et l'intrigue avance à un bon rythme. Le dynamisme est renforcé par la construction du récit : on alterne entre le point de vue des deux apprentis faucheurs, chacun vivant l'expérience selon sa propre sensibilité. De plus, on retrouve régulièrement des extraits des journaux rédigés par d'autres faucheurs, qui éclairent sur le fonctionnement de la communauté, ou qui posent des réflexions profondes sur ce système et sur le Thunderhead.

Si on n'échappe pas à certaines ficelles du young adult, elles sont ici bien maîtrisées et s'insèrent naturellement dans le récit. A aucun moment je ne me suis sentie agacée ou déçue, ce roman a vraiment tout bon, et j'ai hâte de lire la suite ! Une adaptation cinématographique est également prévue, et j'espère qu'elle sera à la hauteur :-)



Neal Shusterman est un auteur doué et inventif : à partir d'une idée peu exploitée en science-fiction, il propose un univers novateur qui offre de nombreuses possibilités. A travers le concept de Faucheur et celui du Thunderhead, l'auteur construit un univers cohérent et pousse le lecteur à s'interroger sur des sujets d'actualité. Les personnages attachants, les nombreux rebondissements et l'alternance des points de vue en font un roman dynamique qui se dévore. Bien qu'à destination des adolescents, son ton mature et son thème principal en font une lecture excellente y compris pour des adultes. A la fois roman d'apprentissage et récit de science-fiction, ce premier tome est une réussite à tous points de vue et ravira les fans de l'auteurs autant que ceux qui le découvrent pour la première fois.

9/10

4 commentaires:

  1. Décidément, il fait l'unanimité ! Il est dans ma PAL, j'espère autant l'apprécier.

    RépondreSupprimer
  2. Pas un coup de cœur pour moi, mais un bon moment quand même :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as lu Les Fragmentés il me semble non ? Tu avais préféré ?

      Supprimer